La mémoire des murs, Tatiana de Rosnay

Tatiana de Rosnay, La mémoire des murs

 

4ème de couverture :

« Lorsqu’on entre quelque part, on peut s’y sentir merveilleusement bien ou, au contraire, horriblement mal. Comme si les pierres s’imprégnaient de joie ou de chagrin pour plus tard s’en décharger et les restituer.

Fraîchement divorcée, Pascaline, une informaticienne de quarante ans, vient de trouver l’appartement de ses rêves. A peine installée, elle apprend que ces murs ont été témoins d’un crime. Lentement, par touches infimes, ce drame fait surgir en elle une ancienne douleur, une fragilité restée longtemps enfouie. Pour en finir avec son passé, elle se lance alors sur les traces d’un tueur en série. Une quête obsessionnelle qui ravive ses blessures et l’amène à la lisière de la démence. »

 

L’auteur :

Tatiana de Rosnay est née le 28 septembre 1961, à Neuilly sur Seine, de mère anglaise et de père franco-mauricien russe (le scientifique Joël de Rosnay). Après des études littéraires en Angleterre, à l’université de East Anglia, Tatiana a travaillé à Paris tant que journaliste pour le magazine américain Vanity Fair avant de publier son premier roman « l’Appartement Témoin », (Fayard) en 1992. Elle a enchaîné avec Psychologies, en 1997, puis avec ELLE en 2000, et le JDD en 2008,  tout en continuant à publier des romans.

Ses romans, comme « Elle s’appelait Sarah » (prix Chronos, prix des lecteurs de Corse et prix des lecteurs-choix des libraires du Livre de Poche) et « Boomerang », sont traduits dans 38 pays et se sont vendus à plus de 4 millions d’exemplaires.

 

Ce que j’en pense :

Dérangeant. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit lorsque je referme ce livre. Dérangeant non pas parce qu’il serait mal écrit ou inintéressant, bien au contraire. Dérangeant parce que l’on assiste, impuissants au naufrage d’une femme. Le basculement est insidieux, vicieux même. Pourtant il aurait pu être évité, se dit-on (pour se rassurer ?).

C’est le roman d’une vie qui bascule et s’effondre à cause de la mémoire. La mémoire des murs, cette atmosphère pesante qui nous perturbe jusqu’au plus profond de notre être. La mémoire de nos souvenirs douloureux enfouis au plus profond de notre capacité d’oubli, et qui ressurgissent, tel un poison s’insinuant dans nos veines jusqu’à nous empoisonner tout entier sans espoir d’être sauvé.

Les murs ont une mémoire. La mémoire des drames passés, qui font écho à nos drames personnels jusqu’à nous envahir tout entier. C’est ce qui arrive à l’héroïne de ce roman qui finit par perdre pied, toute à son obsession de découvrir la vérité, toute à son obsession de savoir.

Il y a des choses qu’il vaut mieux ignorer. Mais le peut-on vraiment ? N’y a-t-il pas en chacun de nous une faille prête à s’ouvrir et à nous engloutir à la moindre occasion ? La mémoire des murs n’est-elle pas en réalité le reflet de notre propre souffrance (ou joie) qui nous est renvoyée tel un boomerang.

J’ai dévoré ce livre. L’écriture est fluide, comme j’aime, l’auteur nous embarque dans son histoire avec une facilité et un talent indéniable. On est dans l’histoire, on guette avec une impatience mêlée d’inquiétude la folle quête de Pascaline.

Je m’attendais à un roman sur un appartement qui a gardé la mémoire d’un drame, et qui le rejoue sans cesse, à la manière d’une maison hantée. Tatiana de Rosnay m’a emmenée dans une histoire effrayante mais profondément humaine.

En refermant ce livre, j’ai refermé l’histoire d’une hantise, celle de la souffrance d’une femme.

 

Citation :

« J’ai regardé les fenêtres, les rideaux tirés, et j’ai encore souri. Ils ne se doutaient de rien. Mais moi, je savais que la jolie maison se rappellerait.

Les murs se souviennent, toujours. »

 

Bonne soirée…

 

Ce livre participe aux Challenges :

 

Destins de femmes, Tête de litote
Challenge destins de femmes, Tête de litote

 

Thrillers et Polars, Liliba
Challenge thrillers et polars, Liliba

 

A la découverte de nos incontournables, Hylyirio
Challenge A la découverte de nos incontournables, Hylyirio, Challenge

Publicités

12 réflexions sur “La mémoire des murs, Tatiana de Rosnay

  1. tu éveilles ma curiosité ! J’ai bien envie de découvrir cette auteur mais je ne sais pas trop lequel choisir … Est-ce le premier que tu as lu ?
    Bonne soirée bises 😀

    • Oui c’est le premier que j’ai lu. Ca faisait un petit moment que j’en entendais parler. J’ai été la première surprise par la qualité de l’écriture. Je te le recommande. J’ai aussi lu « Le voisin »… Un auteur à découvrir sans hésiter ! 😉
      Bonne soirée…
      Bises.

  2. Moi, j’ai été plutôt déçu par ce roman alors que j’en ai aimé d’autres de l’auteure.
    J’en attendais beaucoup car le sujet m’intéressait mais je trouve que le thème est mal exploité.
    Bonne journée.

  3. Pingback: Spirales, Tatiana de Rosnay | Chroniques litteraires

  4. Pingback: La mémoire des murs | Blue Edel

  5. Pingback: Shining | Chroniques litteraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s