Le Horla et six contes fantastiques, de Maupassant

Le Horla, Le Horla et six autres contes, Maupassant, La Horla de Maupassant, Hachette, Fantastique, Littérature française

4ème de couverture

« Un être invisible hante un personnages qui ne peut lui échapper. Une jeune morte réapparaît dans un château gardé par un étrange jardinier. Une main s’anime et tue l’homme qui la gardait chez lui comme un trophée…

Voici le sujet de trois des sept nouvelles de ce recueil, sept nouvelles fascinantes où le lecteur, confronté à des faits insolites et captivé par l’art du conteur, sent parfois vaciller sa raison ».

 

L’histoire

*Le Horla : un homme est persécuté par un être invisible qui le menace et le pousse au crime.

*La peur (1): Un homme raconte une nuit de pure terreur.

*La main : Un juge raconte l’histoire d’un homme qui gardait une main coupée chez lui.

*Conte de Noël : Un docteur raconte la possession diabolique d’une paysanne.

*Un fou ? : Un homme raconte le magnétisme dont est victime un de ses amis.

*Apparition : Un homme raconte sa rencontre avec le fantôme de la défunte épouse d’un de ses vieux amis.

*La peur (2) : Un homme raconte ce qu’est la pure peur.

 

L’auteur

Guy de Maupassant a toujours été hanté par l’étrange. Si sa carrière fut courte (une dizaine d’années), il n’en marqua pas moins la littérature française. Tant avec ses romans, comme « Bel-ami », qu’avec ses contes, tels « Boule de suif » ou « Le Horla ». Son œuvre est empreinte de fantastique et de pessimisme. Il marque également avec la qualité de ses récits.

 

Ce que j’en pense

Les talents de conteur de Maupassant sont indéniables. Ses récits sont captivants et effrayants à souhait.

Le genre littéraire fantastique peut se définir comme l’intrusion de l’inexplicable dans le réel. En effet, dans ce genre littéraire en vogue en France au XIXème siècle, des personnes sont confrontées dans leur vie réelle à des évènements de nature inexplicable et inexpliquée. Pour autant, l’œuvre fantastique de Maupassant, ne saurait, à mon sens, se réduire à de simples histoires de fantômes. Bien sûr, les revenants ou autres hantises sont légions dans son œuvre, mais l’analyse psychiatrique voire psychanalytique est également présente.

Dans « Le Horla », notamment, à travers cet être invisible qui hante et tyrannise le personnage principal, on décèle ce que l’on appelle communément aujourd’hui les crises d’angoisses, l’agoraphobie, l’anxiété, et les attaques de panique. Ces peurs irrationnelles, bien que réalistes et terribles à supporter, sont incarnées par cet être mystérieux, insaisissable et terrifiant, le Horla. Le personnage principal est dépossédé de sa tranquillité d’esprit, sa souffrance est réelle, elle le mine jour et nuit. Il ne peut rien contre cet ennemi invisible.

« Je suis malade, décidément ! Je me portais si bien le mois dernier ! J’ai la fièvre, une fièvre atroce, ou plutôt un énervement fiévreux, qui rend mon âme aussi souffrante que mon corps. J’ai sans cesse cette sensation affreuse d’un danger menaçant, cette appréhension d’un malheur qui vient ou de la mort qui approche, ce pressentiment qui est sans doute l’atteinte d’un mal inconnu, germant dans le sang et dans la chair » (p.9-10).

Si « Le Horla » est le seul récit où le personnage est isolé dans son récit et sa souffrance, dans les autres contes, au contraire, Maupassant a opté pour la narration de l’histoire par un personnage devant une assemblée.

Là encore, dans la plupart des six autres contes, on peut relever cette thématique de la peur, de la terreur pure, proche de la psychiatrie ou psychanalyse. Maupassant tient à nous faire comprendre la différence entre la crainte classique et La Peur, qui dévaste tout, qui est incontrôlable et d’une puissance absolue.

Les contes fantastiques de ce recueil sont une réussite. Certains sont plus angoissants que d’autres, mais ils recèlent tous cette part de mystère qui nous fascine tant.

Je vous recommande ce recueil de nouvelles, pour de délicieuses nuits de terreur…

 

Extraits et citations

« Certes, la solitude est dangereuse pour les intelligences qui travaillent. Il nous faut, autour de nous, des hommes qui pensent et qui parlent. Quand nous sommes seuls longtemps, nous peuplons le vide de fantômes » (p.23).

« Tout le jour j’ai voulu m’en aller ; je n’ai pas pu. J’ai voulu accomplir cet acte de liberté si facile, si simple, – sortir – monter dans ma voiture pour gagner Rouen – je n’ai pas pu. Pourquoi ? » (p.36).

 

Bonne soirée…

 

Ce livre participe aux Challenges :

Challenge Halloween de Lou & Hilde
Challenge Halloween 2013, Challenge Halloween, Lou et Hilde, Halloween, Halloween 2013

Challenge ABC Critiques de Babelio

Challenge ABC Critiques 2013-2014 Babelio, Challenge ABC Critiques 2013-2014

Challenge XIXème siècle de Kheira et Fanny

Challenge XIXème siècle

Publicités

27 réflexions sur “Le Horla et six contes fantastiques, de Maupassant

  1. J’aime beaucoup Maupassant, j’ai l’intégralité de ses contes et il en a écrit énormément et je crois que je les ai tous lus mais il faudrait que je les relise ils sont tous très bons !

  2. Pingback: Le Challenge Halloween continue ! | Chroniques litteraires

  3. Pingback: Clôture du Challenge Halloween 2013 | Chroniques litteraires

  4. Pingback: La BD fait son marathon à bord du Vaisseau Fantôme | Chroniques litteraires

  5. Pingback: La BD fait son marathon à bord du Vaisseau Fantôme, le suivi | Chroniques litteraires

  6. Pingback: Le Horla, de Guillaume Sorel, d’après l’œuvre de Guy de Maupassant | Chroniques litteraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s