La tour d’arsenic, Anne B. Ragde

La tour d’arsenic, Anne B. Ragde

 

4ème de couverture

« En mourant, la vieille Malie provoque le fou rire outrancier de ses enfants. Un manque de compassion que Thérèse, sa petite-fille endeuillée, a bien du mal à comprendre. Au cœur des déchirements familiaux, il lui faudra retracer cent ans d’histoire, pour démêler le drame fracassant de trois générations de femmes et libérer le présent des silences… ».

 

L’auteur

Anne Birkefeldt Ragde est née en Norvège en 1957. Auréolée dans son pays d’origine des très prestigieux prix Riksmal (équivalent du Goncourt français), prix des Libraires et prix des Lecteurs pour sa « Trilogie des Neshov » (La Terre des mensonges, La Ferme des Neshov et L’Héritage impossible), Anne B. Ragde est une romancière à succès, déjà traduite en vingt langues, qui a vendu à ce jour des millions d’exemplaires. Elle signe Un jour glacé en enfer, Zona frigida, La Tour d’arsenic ou encore Je ferai de toi un homme heureux.

 

Ce que j’en pense

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Denis. Nous avons opté pour des points lecture en fin de chaque partie. Je dois vous dire que cette façon de procéder est très pratique, elle permet de n’oublier aucun détail, de confronter nos avis tout au long du roman, alors qu’on pourrait passer à côté de détails importants si on en faisait une lecture globale.

L’échange a été stimulant et productif, nous avons ressenti l’ensemble de la même façon. Je me suis régalée  😀

Je peux vous dire aussi que dès la première partie, nous avons compris que nous étions tombés sur un livre qui allait nous réserver de nombreuses surprises. Bonnes et mauvaises.

 

C’est un pavé (500 pages en poche).

 

Par où commencer ?

Dès le début, nous avons noté que nous étions dans une famille de fous. L’auteur a une écriture fluide, ça se lit vite. Mais on regrettera notamment dans cette partie un rythme saccadé dans le récit qui n’est pas trop agréable.

Les personnages sont posés, ils nous laissent un sentiment étrange, on est mal à l’aise. On se demande où l’auteur va nous amener.

On ne va pas être déçus du voyage. Rien ne se déroule comme on le pense. On assiste à une description détaillée (trop ?) des personnages, depuis leur naissance jusqu’à leur vie adulte. L’ensemble est aussi inégal. Certaines parties sont intéressantes, d’autres non. On se demande parfois pourquoi il y a telle ou telle description, telle ou telle histoire.

Mais on doit reconnaître le travail considérable de l’auteur pour ces détails. Cela sert l’histoire. On comprendra mieux à la fin la franche rigolade des enfants de Malie. Pour autant, ce ne sont pas des saints et la transmission entre générations n’a pas été loupée !

Plus on avance dans le roman, plus les scènes sont sordides. Je ne peux pas trop dévoiler pour ne pas spoiler, mais on va dire que le rythme et l’intérêt du récit se calquent sur le caractère du personnage.

Ce roman est difficile à qualifier. Est-il génial ou tout bonnement horrible ? Ceux qui l’ont lu et ceux qui le liront comprendront de quoi je parle. Je peux vous dire que l’horreur et l’incompréhension sont présentes. Denis et moi avons été scandalisés.

Ne vous fiez pas aux personnages, celui qui paraît victime n’est pas forcément celui qui l’est vraiment…

 

Merci à Denis pour cette LC 😀 Pour lire son avis c’est par ici !

 

Ce livre participe aux Challenges

loups_scandinavie - copie (4)

 

Publicités

4 réflexions sur “La tour d’arsenic, Anne B. Ragde

  1. j’ai donné beaucoup de détails sur chacune des parties me disant que tout suspens était tué puisque savait avant de monter à l’étage antérieur de leur vie que tel amour serait un échec, telle carrière aussi. Bref un livre qui annihile tout suspens et tout « espoir ». Je ne sais pas trop si c’était la ferme intention de l’auteure. On croirait par moment qu’elle ne sait pas trop quoi faire de son histoire. Un livre vraiment déroutant et on sort comme on est entré septique devant ces « cinglés » qui rient ou qui pensent qu’un viol « consentant » peut être bénéfique à l’éducation !!!

    • Oui par moment ça part un peu dans tous les sens. L’auteur a peut-être eu du mal à canaliser ses idées. Elle a négligé le personnage de Therese, c’est dommage. Il reste des interrogations, ça finit comme ça avait commencé, avec des questions sur ce que pensent les personnages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s