La fille du train, Paula Hawkins

La fille du train, Paula Hawkins

 

4ème de couverture

« Mieux qu’un thriller exceptionnel, un piège paranoïaque et jubilatoire. Lisez-le, vous comprendrez pourquoi.

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train deux fois par jour : le 8h04 le matin, le 17h56 le soir. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants, qu’elle voit derrière la vitre. Pour elle, ils sont Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il la trompe, avant qu’il la quitte. Rien d’exceptionnel, non, juste un couple qui s’aime. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Rachel, bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, décide d’en savoir plus sur Jess et Jason. Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu… ».

 

L’auteur

Paula Hawkins a vécu en France, en Belgique et au Zimbabwe. Elle est journaliste à Londres. La Fille du train est son premier roman.

 

Ce que j’en pense

Difficile de lâcher ce thriller, et pourtant l’héroïne est tout sauf sympathique ! J’ai passé tout le roman à avoir envie de la secouer comme un prunier. Elle est l’anti-héroïne par excellence : molle, alcoolique, obsessionnelle, en pleine déchéance… et consciente de l’être.

Bien sûr, c’est quelque chose que nous pouvons concevoir en tant qu’humain. Mais dans un roman où le suspense s’installe progressivement on a souvent envie de la secouer.

Débuté comme une obsession malsaine de la part d’une femme en déclin, on finit par comprendre que la vérité n’est pas aussi évidente qu’elle n’y paraît. On se découvre empêtrés dans nos a priori, nos schémas traditionnels, nos convictions : « elle est alcoolo, donc pas crédible ». Il faut dire qu’elle fait tout pour nous en convaincre.

Et puis… l’histoire nous entraîne vers une monstruosité, une fin inattendue.

Ne restez pas sur votre ennui premier, poursuivez votre lecture, vous ne serez pas déçus.

 

Ce livre participe aux Challenges

3890

Plan ORSEC 2016

 

logopolarssharon2

dames-de-lettres

Publicités

12 réflexions sur “La fille du train, Paula Hawkins

  1. Je suis dans le dernier chapitre. et mon avis rejoint le votre. j’ai failli lacher la lecture a cause de Rachel mais il est vrai qu’il aurqit été dommafe de le faire

  2. J’avais eu envie de lui casser les dents à l’héroïne j’avoue. Elle m’a gonflée au plus haut point mais j’ai quand même apprécié l’histoire même si je pense que j’en attendais trop et du coup j’ai été un peu déçue quand même. Mais c’était une chouette lecture 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s