Mon Père, Grégoire Delacourt

Mon Père, Grégoire Delacourt, Chroniques Littéraires

 

4ème de couverture

« Ce monde ne sera guéri

Que lorsque les victimes seront nos Rois… »

 

Je me suis toujours demandé ce que je ferais si quelqu’un attentait à l’un de mes enfants. Quel père je serais. Quelle force, quelle faiblesse. Et tandis que je cherchais la réponse, une autre question a surgi : sommes-nous capables de protéger nos fils ? »

 

L’auteur

Grégoire Delacourt est l’auteur de sept romans, tous publiés chez Lattès. En 2011, il publie son premier roman avec L’Écrivain de la famille puis, en 2012, son premier best-seller avec La Liste de mes envies, traduit dans 35 pays. Suivent ensuite La Première chose qu’on regarde en 2013, On ne voyait que le bonheur en 2014, Les Quatre saisons de l’été en 2015, Danser au bord de l’abîme en 2017, et La Femme qui ne vieillissait pas, en 2018.

 

Ce que j’en pense

J’attendais énormément de ce roman. Son titre circulait beaucoup sur la blogosphère, Instagram et facebook, et au vu du sujet et de la 4ème de couverture, je m’attendais à un livre puissant, fort et qui prend aux tripes.

Je me suis préparée à pleurer, à être révoltée, en colère, à dévorer les pages pour savoir le sort réservé à un tel monstre.

Je m’attendais à des scènes fortes, un combat de titans entre un père et le violeur de son enfant.

Je m’attendais à des dialogues percutants.

En fait, dès les premières pages, j’ai compris que c’était tout le contraire qui m’attendait.

En toute franchise, ce livre est d’un ennui !

Fouilli, on saute du coq à l’âne, les deux tiers du roman sont consacrés au père de l’enfant et à sa jeunesse, le couple qu’il formait avec la mère du petit, la relation avec son propre père. On se demande si un jour confrontation il y aura…

Des phrases m’ont donné envie de jeter le livre à travers la pièce.

Pour un tel sujet on pourrait penser que c’est à cause des abominations subies par cet enfant (abominations qui, elles, sont bien décrites au cas où on n’aurait pas compris de quoi il s’agit…). Pas du tout. J’ai eu envie de jeter le livre lorsque l’auteur suggère que la séparation des parents est une sorte de « responsable » :

« C’est à partir de là que ses os ont commencé à mollir, privé qu’il était du lait de ses parents réunis.

A partir de là que son cœur est devenu poreux et sa peau un buvard que les mots emmiellés du Père pénètreraient un jour » (page 114).

Est-ce possible d’écrire une absurdité pareille ?!

Comme si les victimes de pédophiles n’étaient que des enfants de divorcés !

Comme si le fait d’avoir ses parents encore mariés ensemble préservait un enfant de la libido bestiale et de la déviance de ces monstres lubriques !

C’est bien connu, seuls les enfants de parents séparés se font violer… !

Quand on veut délivrer un message fort et puissant (en se servant de l’actualité pour booster ses ventes et faire du buzz), autant bosser son sujet.

L’écriture est irrégulière, très psalmodiée. Sauf à la fin, où l’auteur fait prendre subitement à ses personnages un ton « classique » (faut croire que c’est plus facile pour écrire les scènes de sexe…).

Dénoncer la pédophilie au sein de l’Eglise est une chose, mais il ne faudrait pas en devenir ridicule dans ses propos.

Mes mots sont peut-être durs. Je n’ai pas pour habitude de « casser » un livre / auteur. Mais là j’estime que la qualité n’y est pas.

Bon timing commercial au vu de l’actualité, mais zéro pointé sur le sujet.

On remerciera également la maison d’édition qui n’avertit nulle part que des propos sexuellement explicites et choquants (concernant un enfant) sont contenus dans les pages.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.