Octobre, Soren Sveistrup

Octobre, Soren Sveistrup, Challenge Nordique, Thriller, Policier, Le Livre de Poche, Chroniques Littéraires

 

4ème de couverture

« Début octobre, dans la banlieue de Copenhague, la police découvre le cadavre d’une femme amputée d’une main. A côté du corps, un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d’allumettes. Chargés de l’enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l’inspecteur Mark Hess apprennent que cette figurine est porteuse d’une mystérieuse empreinte digitale qui appartiendrait à la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte.

Thulin et Hess explorent toutes les pistes qui leur révèleraient un lien entre la disparition de Kristine Hartung et la victime à la main coupée. Lorsqu’une autre femme est tuée, selon le même mode opératoire, ils comprennent que le cauchemar ne fait que commencer… ».

 

L’auteur

Né en 1968, Soren Sveistrup est un écrivain et scénariste danois. Il est le créateur, scénariste et producteur de plusieurs séries, dont la série culte The Killing qui a reçu le BAFTA 2011 de la meilleure série internationale. Il écrit également des scripts pour des longs métrages, comme celui de l’implantation du Bonhomme de neige de Jo Nesbo. Octobre est son premier roman.

 

Ce que j’en pense

Octobre est incontestablement un page turner. Gros pavé de 732 pages en version poche, n’ayez pas peur de vous lancer, vous aurez du mal à le lâcher.

Des rebondissements incessants assez crédibles associés à de courts chapitres, et la plume fluide de Soren Sveistrup rendent l’ensemble très facile.

J’ai eu plus de mal à retenir les noms avec une grosse tendance à confondre Hesse et un autre personnage, je ne suis pas totalement rodée aux noms scandinaves.

L’intrigue tient la route, le suspense est maintenu. On reconnaît la patte d’un scénariste dans la manière de décrire les scènes.

Toutefois tout n’est pas parfait. Trop de rebondissements peut lasser au bout d’un moment. Le paradoxe, et c’est là tout le talent de l’auteur, c’est que cela ne nuit pas à l’envie de connaître la suite. On termine seulement le livre hors d’haleine comme après un marathon dont on aurait sous-estimé la longueur.

Côté personnages, ils sont construits. C’est indéniable. La conséquence est que j’ai cordialement détesté Thulin. Arrogante, mal élevée, aux mœurs et aux comportements peu élégants, le personnage de femme libérée confine au grotesque.

Hess est plus humain, même si de prime abord il paraît être le sale flic à la mentalité douteuse. Petit à petit il va se révéler et on va apprendre à l’apprécier.

La fin est relativement inattendue.

Une question se pose : Thulin et Hess vont-ils devenir des personnages récurrents ?

 

Ce livre a été lu en LC avec Denis, mon fidèle comparse de lecture, avec qui les échanges sont toujours aussi fructueux et les découvertes livresques toujours enrichissantes.

Ce livre participe au Challenge Nordique

 

Challenge Nordique, Chroniques Littéraires

 

6 réflexions sur “Octobre, Soren Sveistrup

  1. Merdouille, j’ai loupé le challenge nordique, moi ?? Mais où avais-je la tête ??? 😛

    J’ai adoré ce roman aussi, j’adore ton petit renard et encore plus le logo du challenge !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.