Marny Tome 1, Ma belle-mère qu’elle se casse !, Axelle Laffont & Herval

Marny Tome 1, Ma belle-mère qu’elle se casse !, Axelle Laffont & Herval, Chroniques Littéraires, Challenge BD

 

4ème de couverture

« Marny a 15 ans. Fan de mode et de garçons, elle est bien dans ses baskets. Avec sa meilleure amie Liv, elles communiquent par abréviations, traquent les pou-poufs, vont aux manifs, sèchent les cours et critiquent les adultes. Marny vivait seule avec son père. D’un coup, sans prévenir, arrive une belle-mère et vraiment… ça la saoule ».

 

Les auteurs

Scénario : Axelle Laffont

Dessins : Herval

Couleurs : Emmanuel Pinchon

 

Ce que j’en pense

Marny est une très bonne surprise et une belle découverte. Seule déception, cette BD est sortie en 2009, c’est le tome 1, seul et unique. Aucune suite à ce premier volume.

On y suit Marny, une adolescente de 15 ans dont les parents ont divorcé et qui vit seule avec son père, sa mère ayant choisi de vivre pleinement sa vie loin de tout. Marny entretient avec son père une relation privilégiée et un peu exclusive, aussi voit-elle d’un mauvais œil l’arrivée de la copine de celui-ci, Astrid qui s’installe avec eux, sans qu’elle n’en ait été avertie.

Astrid travaille dans l’audiovisuel, elle tente de tisser une relation avec sa belle-fille mais celle-ci lui donne du fil à retordre. Son but : la faire dégager. Son but inavoué : que sa mère reprenne sa place.

Accompagnée de sa meilleure amie Liv et de son cousin avec lequel elle s’entend très bien, l’adolescente vit en parallèle sa vie d’ado : sorties, cours séchés, papotages et ragots entre copines, premiers émois.

Cette BD a la qualité de toucher à des sujets souvent sensibles pour les ados et les traite avec humour, tendresse et une pointe d’ironie. Marny n’est pas tendre avec sa belle-mère, et pas avare de petites piques bien senties.

On s’attache vite aux personnages, le dessin est un peu simple mais sans trop l’être non plus. Il fait penser un peu à la série Les Nombrils.

Un one shot à découvrir si vous souhaitez passer un bon moment de détente.

 

Cette BD participe au Challenge

 

Challenge BD 2018-2019

 

Le bonheur d’être auteur ! , Chereau

Le bonheur d’être auteur ! , Chereau, Chroniques Littéraires, Humour, BD

4ème de couverture

« Ami lecteur, as-tu déjà songé à te lancer toi-même dans l’écriture ? Ca y est, tu t’es enfin décidé ? Tu y travailles déjà secrètement depuis des mois. Tu sues, tu peaufines, tu ourles et ce travail harassant petit à petit prend forme…

Arrive enfin ce moment exaltant où ton livre est terminé, le moment où il va falloir enfin te bouger et proposer ton manuscrit à des éditeurs.

Imagine que parmi la centaine d’éditeurs à qui tu as envoyé ton œuvre, il y en ait un qui te réponde autre chose que le sempiternel « vous ne correspondez pas à notre ligne éditoriale ».

Un qui te veut, un qui t’a choisi ! Toi ! C’est dingue non ?

Et bien crois-moi, ami auteur, tes ennuis vont commencer… ».

L’auteur

Dessinateur de presse depuis plus de 30 ans, Antoine Chereau s’est distingué en presse, en télévision et au sein de nombreuses entreprises. Depuis peu, c’est avec un grand bonheur qu’il publie des albums de dessins d’humour destinés au grand public autour de thèmes de société comme le travail, l’amour (ici), les discriminations, la santé (ici) et plus récemment la recherche du bonheur et la joie d’être auteur.

 

Ce que j’en pense

Chereau ou comment vous plier de rire devant des situations dramatiques ! Ses personnages à l’air naïf, son trait de crayon caractéristique font mouche à chaque fois. D’un seul dessin, d’une seule planche il arrive à raconter une situation qui prendrait des pages à un auteur de romans.

Dans ce nouvel opus, il dessine le destin des auteurs, adorés ou détestés du public et de leurs pairs, subissant la loi du marché et la dévalorisation de leur profession.

En pleine période de combat pour remédier à la situation précaire des auteurs de tous horizons, il fallait oser, et avec l’humour qui le caractérise, Chereau l’a fait.

Il n’épargne personne : de la maison d’édition aux contrats pourris, en passant par les écrivains sans talent, ou l’hypocrisie de la profession, rien n’échappe à son trait acéré.

Le bonheur d’être auteur ! , Chereau, Chroniques Littéraires, Humour, BD

Crédit photo c’est écrit dessus 😀

Le bonheur d’être auteur ! , Chereau, Chroniques Littéraires, Humour, BD

Crédit photo (pareil que l’autre)

 

Tout son talent, outre son trait de crayon, réside dans sa parfaite compréhension des situations et de notre société.

Le seul défaut qu’on peut trouver à ses BD ? Elles se lisent trop vite ! On en veut encore !

 

 

Le bonheur d’être auteur ! , Chereau, Chroniques Littéraires, Humour, BD

Le bonheur d’être auteur ! , Chereau

Pixel Fever Editions – 127pages – 2018

 

Cette BD participe au Challenge BD

 

Challenge BD 2018-2019

 

 

 

Au taf, Vaïnui de Castelbajac

Au taf, Vaïnui de Castelbajac, BD, Humour

 

Ce qu’en dit la Maison d’Edition

Si le travail c’est la santé, rire c’est la conserver. Cette série de gags absurdes et hilarants sur l’univers de l’entreprise fera assurément bosser… vos zygomatiques ! Le meilleur et le pire de la vie de bureau !

Recrutements, réunions, fusions, fêtes de fin d’année, collègues envahissants, Vaïnui invente un quotidien absurde qui fait pourtant écho à des situations bien réelles. On s’amuse des aventures et mésaventures d’un patron impitoyable et de ses employés malmenés, et de leurs échanges francs et grinçants ! Mais la partie bonus, « Bêtes de travail », consacrée aux animaux, déborde de tendresse !

 

L’auteur

VAÏNUI DE CASTELBAJAC est née le 16 Avril 1982 et réside à Paris.

Élevée à la bande dessinée et rêvant de devenir à son tour dessinatrice, elle lance à 8 ans sa propre revue, le surprenant Zigoto Magazine. Plus tard, elle poursuit logiquement dans cette voie en intégrant une école de graphisme, puis exerce pendant huit ans le métier de directrice artistique dans des agences de publicité.

Mais soucieuse de se consacrer à sa passion du dessin, elle quitte son travail, trouve un agent et enchaîne diverses commandes pour les magazines, les livres et les campagnes de pub. En parallèle, elle développe également son propre univers sur son site. C’est dans ce lieu de tous les possibles que va naître le Docteur Rorschach. Son sens de la formule et la concision percutante de ses dessins rappellent ses origines dans la publicité. Toutefois, Vaïnui n’en oublie pas son goût pour la bande dessinée. Ses influences sont aussi éclectiques que riches : elle loue l’humour poétique de Sempé, le trait de Loisel, le graphisme de Mcbess et se reconnaît dans le travail de Voutch, ex-pubard lui aussi.

 

Ce que j’en pense

J’étais pliée de rire du début à la fin !

Cette BD est hilarante ! Et surtout, (ou malheureusement pour les salariés), hilarante de vérités !

Au taf, Vaïnui de Castelbajac

Crédit photo Editions Delcourt

Le monde de l’entreprise est disséqué de manière percutante. Du chef d’entreprise qui prend ses salariés pour des esclaves au pauvre employé qui est tellement exploité qu’il en perd toute notion de dignité (il vient d’être viré et reconnaît au chef la qualité de lui avoir tenu la porte ! ).

Et puis la couverture, non mais vous avez vu la couverture ?! Rien qu’en la regardant j’étais déjà conquise.

La BD en elle-même est découpée en deux parties. La première est consacrée aux « humains », la seconde à l’entreprise sous les traits d’animaux. Mais ne vous y trompez pas, c’est extrêmement bien imaginé : l’éléphant qui a peur de la souris (d’ordinateur), ou le lapin qui se fait semoncer par son chef parce qu’il demande son septième congé paternité de l’année.

Au taf, Vaïnui de Castelbajac

Crédit photo Editions Delcourt

Le dessin tout en douceur nous transmet des vérités féroces. On en vient même à avoir de la sympathie pour ce patron, c’est dire.

Au taf, Vaïnui de Castelbajac

Crédit photo Editions Delcourt

Ca faisait longtemps que je n’avais pas découvert une pépite pareille.

Je vous la recommande. Foncez !

J’ai découvert avec cette BD que l’auteur en avait sorti une autre précédemment, Docteur Rorschach, à apercevoir les planches sur le site de la Maison d’Edition, ça vaut le détour aussi.

 

Puisque j’y suis, Vaïnui, sans vouloir vous commander, j’en veux une autre, aller zou, Au taf ! 😀

 

Cette planche parlera tout particulièrement aux féministes

Au taf, Vaïnui de Castelbajac

Crédit photo Editions Delcourt

 

 

Cette BD participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads