All I want for Christmas, Emily Blaine

All I want for Christmas Emily Blaine

 

4ème de couverture

« Cette année, à part une compilation de chants de Noël par Sinatra et la recette magique pour manger sans grossir, Emma n’a rien à demander au père Noël. Son job lui plaît, ses copines sont adorables (quand elles ne la traînent pas à la gym) et Yann est le meilleur ami que toute femme rêverait d’avoir. Que demander de plus ? A priori, rien. Sauf que Noël, c’est bien connu, c’est la saison des miracles. Et quand le père Noël prend l’apparence d’un beau brun terriblement sexy, Emma regrette très vite d’avoir enfilé ses grosses chaussettes de laine au lieu de les suspendre au-dessus de la cheminée… ».

 

L’histoire

Emma est célibataire. Elle a des amis géniaux, un travail qu’elle aime, tout va bien pour elle. Son meilleur ami Yann, célibataire aussi est un homme sur qui elle peut compter. A l’approche de Noël, les choses pourraient évoluer…

 

L’auteur

Emily Blaine est LA success story made in HQN ! Révélée par la série « Dear You » et confirmée par le succès de chacun de ses nouveaux titres, Emily Blaine est devenue, avec plus de 120 000 romans vendus, la reine incontestée de la romance moderne à la française. Car elle est bien française ; bretono-parisienne pour être plus précis. Son âge est un secret très bien gardé et la rumeur veut qu’elle n’atteigne jamais la barre des trente ans !

 

Ce que j’en pense

En préambule, je voudrais mettre l’accent sur un phénomène que je trouve malheureusement récurrent dans le monde de l’édition. Attirer le chaland, pardon, le lecteur, avec une 4ème de couverture attirante, c’est bien, mais faire un résumé de la véritable histoire du livre, c’est mieux.

Les éditeurs ont de plus en plus l’habitude de faire paraître des livres où le résumé est une fiction à lui tout seul. Je ne demande pas que la 4ème de couverture dévoile l’histoire au mot près, toutefois, se rapprocher de l’histoire serait une bonne chose.

Ne cherchez ni compilation de Noël, ni souhait de maigrir en dévorant son frigo, ni regrets de grosses chaussettes enfilées. La 4ème de couverture est à l’image de la première partie d’un concert : ça chante, c’est du spectacle, mais ce n’est pas pour cet artiste qu’on a payé.

 

Cela étant dit, revenons au roman en lui-même. J’ai adoré l’histoire en général et Yann en particulier. Tous les hommes devraient être comme lui, et ils devraient tous lire ce roman pour savoir comment s’y prendre avec une femme (en tout cas, avec moi, ça fonctionnerait très bien 😀 ).

 

« – Est-ce que tu veux qu’on vive ensemble ? demanda-t-il brutalement » (p.179).

« – Et je ne plaisantais pas ce matin, je veux vraiment vivre avec toi, Emma » (p.222).

« – Epouse-moi, Emma » (p.234). Ca me rappelle Twilight  😀

 

Ce n’est pas de la grande littérature, on est bien d’accord, mais il y a des moments où ce genre de livre fait du bien, remonte le moral, entoure d’un cocon de douceur.

Le seul reproche que je ferai sur l’histoire, c’est qu’il y a un peu trop de répétition au début du roman. Les situations sont un peu trop excessives, exacerbées. Les réactions des personnages, les éclats de rires, les plaisanteries, sont maladroitement restituées.

L’écriture en elle-même est fluide, le livre se lit tellement vite que je l’ai lu d’une traite en trois heures.

Au fait, c’est très épicé !

 

« Au cliquetis de la ceinture de Yann, je tournai ostensiblement la tête pour le voir soulever les hanches et ranger son précieux matériel » (p.237).

 

En tout cas, ce livre m’a donné envie de découvrir les autres livres de l’auteur.

 

Coup de coeur !

 

Ce livre participe aux Challenges

Challenge Cold Winter

Challenge 1 mois = 1 consigne

Intuitions, Tome 1, Rachel Ward

Intuitions Tome 1 Rachel Ward

 

4ème de couverture

« Depuis son plus jeune âge, Jem voit des nombres flotter au-dessus des personnes qu’elle croise. C’est le jour où sa mère décède qu’elle en comprend la signification : il s’agit de la date de leur mort. Ce don maudit la pousse à se couper du monde. Jusqu’au jour où elle rencontre Spider…

Alors qu’ils partent ensemble à la grande roue de Londres, un phénomène étrange se produit : pourquoi tous les passants ont-ils le même nombre au-dessus de leur tête ? Pris de panique, Jem et son ami prennent la fuite. Ils seront les seuls survivants de l’attentat qui va suivre, mais aussi les seuls suspects traqués par la police une fois leur identité révélée par les caméras de surveillance.

Mais comment Jem peut-elle expliquer au commun des mortels, les raisons de sa fugue, et surtout, comment ignorer la terrible vérité qu’elle peut lire en Spider ? ».

 

QUE FAIRE D’UN DON QUAND IL EST MAUDIT ?

 

L’histoire

Jem est une adolescente dont la vie n’a pas toujours été facile. Orpheline, elle a vu sa mère mourir d’overdose. Elle vit en famille d’accueil, et son comportement n’est pas toujours exemplaire. Elle a une particularité qui la tient éloignée des autres : elle possède la faculté de lire la date de mort des gens. Aussi, elle préfère s’isoler pour ne pas s’attacher, jusqu’au jour où elle rencontre Spider, un jeune garçon dont le comportement laisse aussi à désirer.

Les deux vont être entraînés dans une sorte de road movie sur fond de fuite.

 

L’auteur

Rachel Ward est un écrivain anglais de romans pour adolescents et young adult. Elle est l’auteur notamment de la trilogie Intuitions.

 

Ce que j’en pense

J’attendais beaucoup de ce roman et j’avoue avoir été déçue.

Tout d’abord, le personnage de Jemma. J’ai eu beaucoup de mal à m’attacher à ce personnage (en réalité, je ne m’y suis jamais faite). C’est une ado mal dans sa peau, rebelle, avec un comportement grossier. Certes, cela peut s’expliquer par ses débuts difficiles dans la vie, et pour ça, je reconnais que l’auteur a su retranscrire le mal de vivre de certains adolescents. Toutefois, avec moi, cela n’a pas fonctionné pour une raison toute simple : le don que possède Jemma et qui est l’objet du livre n’est que très peu exploité, voire simplement répété à l’envie sans plus d’explication. Je trouve cela dommage car l’idée de départ était excellente.

Tout au long du roman, qui est plus un road movie, une fuite, qu’autre chose, on assiste à l’amour émergent entre deux adolescents paumés, malmenés par la vie. Là encore, si la chose est bien menée, cela n’a rien à voir avec le sujet principal.

L’auteur aurait dû approfondir le don de Jemma en parallèle. Ne pas l’avoir fait a créé un manque, un je-ne-sais-quoi de désagréable. Je me suis sentie en attente de quelque chose qui n’est jamais arrivé.

Le livre en lui-même est assez bien écrit. C’est simple, cela se lit vite. On a quand même envie de connaître la fin, ce qu’il arrive aux personnages. Bien qu’une partie du suspense soit anéantie par la prévisibilité des évènements. Les indices sont un peu trop gros et récurrents pour ne pas comprendre ce qu’il va se passer.

Je ne m’étendrai pas plus sur ce livre. Cela reste un moment de lecture sympa, pour peu que l’on ne soit pas attaché à ce qui est « promis » en 4ème de couverture : « Que faire d’un don quand il est maudit ? » Apparemment, pas grand-chose.

 

 

Ce livre participe à la lecture commune avec Riz-Deux-ZzZ

Ce livre participe aux Challenges

Challenge Nordique 2015

Reading Challenge 2015

Plan Orsec pour PAL en danger 2015

A year in England

Rental Hearts, Sawaki Otonaka

Rental Hearts Tome 1 Sawaki Otonaka, Gothique, Editions Soleil, Fantômes, Littérature japonaise, Shoujo

 

4ème de couverture

« Comme il est plus facile de combattre une horde de fantômes malfaisants avec l’aide de deux beaux gosses !

Nonoka Amamiya, 16 ans, possède le don de voir les fantômes. Cette faculté lui rend la vie difficile et l’isole des autres lycéens. Un jour, elle est abordée par deux frères au physique de rêve, Aki et Kou, qui lui annoncent vouloir « emprunter ses yeux ». Tous deux chasseurs de fantômes, ils ne voient pourtant pas leurs cibles ! Commence alors une étrange collaboration entre les trois jeunes gens avec la pléthore de bagarres et de monstres… ».

 

L’histoire

Nonoka Amamiya vit un véritable enfer quotidien. En effet, elle a l’étrange et désagréable capacité de voir les fantômes et de les entendre. A tel point qu’elle peine à les distinguer des vivants. Elle se trouve donc régulièrement dans des situations embarrassantes. Isolée des autres malgré elle, elle fait la connaissance de deux frères canons, qui semblent s’intéresser à elle. Si elle pensait que la situation allait s’améliorer pour elle il n’en est rien, ceux-ci veulent simplement lui emprunter ses yeux pour voir les fantômes qu’ils chassent, et l’intérêt que les deux garçons lui porte déchaîne les jalousies des autres filles, autant vivantes que mortes. Malgré elle, Nonoka Amamiya va se retrouver embarquée dans une aventure aussi inattendue que dangereuse…

 

L’auteur

Sawaki Otonaka est japonaise. C’est une mangaka qui n’écrit que des shoujo. Elle a travaillé en tant que dessinatrice sur le manga Akaki Tsuki no Meguru Koro pour Kigawa Arata.

Mangas

  • Rental Hearts – レンタルハーツ (2013)
  • Sensei no Iutoori!! – 先生のいうとおり!! (2013)
  • Yoshiwara Hana Oboro – よしわら花おぼろ (2011)
  • Akaki Tsuki no Meguru Koro – 赤き月の廻るころ (2010)

One shot

  • Sakura Omoi – 桜思い (2009)

 

Ce que j’en pense

Une jeune fille capable de voir et d’entendre les fantômes ? Il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité. Vous savez que je suis friande d’histoires de fantômes et de revenants, et que les films d’horreur japonais sont parmi mes préférés. J’étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner au format manga.

C’est assez étrange, parce que, à l’instar de Nonoka, il nous est difficile de discerner les morts des vivants dans ce manga. Cela nous permet, du coup, d’être immergé dans l’histoire et de mieux comprendre le ressenti de l’héroïne, à qui, il faut bien le reconnaître, il n’arrive que des catastrophes !

Nonoka Amamiya est une jeune fille renfermée sur elle-même par la force des choses. Il lui est difficile de nouer des liens avec les autres personnes. Elle manque cruellement de confiance en elle, et peine à accepter son don de voir les fantômes. Quand les deux frères surgissent pour lui « emprunter ses yeux » (là on flippe), elle va tenter de se servir de cette situation pour reprendre sa vie en main. Cela ne sera pas sans risques.

C’est ce que j’ai bien aimé dans ce manga. Au-delà cette histoire de fantômes, c’est l’évolution de la jeune fille confrontée à des situations exceptionnelles et dangereuses, mais aussi et surtout confrontée à elle-même, à ses propres peurs.

Il y a aussi beaucoup d’humour.

Sur la forme, le manga est composé en chapitres. On regrettera juste que les pages ne soient pas numérotées alors que les numéros sont indiqués dans le sommaire.

Le dessin est classique, et l’auteur reconnaît elle-même que les scènes d’action sont assez brouillonnes, étant donné que c’est la première fois qu’elle en dessine. Cela manque en effet de précision, il faudrait retravailler les scènes d’action afin de les rendre plus lisibles et surtout plus détaillées, plus précises. Le potentiel est là, à n’en pas douter, et l’idée de ce manga est originale.

En tout cas, je suis curieuse de connaître la suite.

 

 

Merci aux Editions Soleil pour l’envoi de ce Manga.

 

Rental Hearts Tome 1

 

 

 

 

 

Ce manga participe aux Challenges

Challenge BD 2ème édition

estampe+horreur+-+Copie

Challenge Ecrivains japonais d'hier et d'aujourd'hui

Plan Orsec pour PAL en danger 2015

Challenge 1 mois = 1 consigne

 

Challenge ABC Critiques 2014 - 2015 Babelio