Un Noël à New-York, Anne Perry

Un Noël à New-York, Anne Perry

4ème de couverture

« Jemina Pitt, la fille du célèbre directeur de la Special Branch, a 23 ans durant l’hiver 1904. Elle décide d’accompagner sa jeune amie Delphinia Cardew à New-York, sur le point de se marier avec l’aristocrate Brent Albright. Dans la haute société new-yorkaise, ce mariage est une grande affaire qui liera deux familles prodigieusement riches. Mais Jemina détecte une ombre mystérieuse planant sur la célébration. Maria, la mère de Delphinia, est absente de la fête et les Albright refusent de mentionner son nom. Et quand le frère du marié demande à Jemina de l’aider à retrouver Maria afin de prévenir un scandale, elle n’hésite pas à se lancer dans une enquête aussi inattendue que périlleuse.

De Hell’s Kitchen à Central Park, Jemina devra trouver son chemin à travers les rues enneigées de New-York, sans se douter qu’un danger mortel la menace ».

 

L’auteur

Anne Perry, née en 1938 à Londres, est aujourd’hui célébrée dans de nombreux pays comme la reine du polar victorien grâce au succès de ses deux séries, les enquêtes du couple Charlotte et Thomas Pitt, et celles de l’inspecteur amnésique William Monk. Elle s’est depuis intéressée à d’autres périodes historiques telles que le Paris de la Révolution française (à l’ombre de la guillotine), la Première Guerre mondiale (la saga des Reavley), ou encore Byzance au XIIIème siècle (Du sang sur la soie). Anne Perry partage sa vie entre Inverness (Ecosse) et Los Angeles (Etats-Unis).

 

Ce que j’en pense

Le talent d’Anne Perry est de nous immerger dès les premières lignes dans l’atmosphère surannée de l’époque victorienne. Ses héroïnes ne s’en laissent pourtant pas compter, même si on retrouve dans leur caractère les limites des carcans de l’époque.

Dans Un Noël à New-York, nous sommes entraînés dans l’hypocrisie des familles de la Haute Société pour qui l’image prime sur la moralité. Anne Perry connaît bien son sujet et décrit la ville de New-York, ses cafés, ses coutumes de telle manière qu’on s’y croirait.

L’intrigue est bien ficelée, quoique prévisible sur certains aspects. Toutefois, le dénouement peut surprendre…

J’ai lu ce livre d’une traite, il est doux (oui, même pour un polar) et on apprécie la bienséance des propos dans notre monde où tout n’est que vulgarité et sexe outrancier.

Une parenthèse enneigée que je vous recommande.

 

 

Anne Perry

Un Noël à New-York, Anne Perry

Grands Détectives Editions 10/18, 2016

Titre original : A New York Christmas

Traduction : Pascale Haas

 

 

Ce livre participe aux challenges

Reading Challenge Goodreads

Ici ou Ailleurs, Voyage dans nos PAL

Défi lecture 2017

A year in England

Challenge British Mysteries, le retour

Le Crime du comte Neville, Amélie Nothomb

Le Crime du comte Neville, Amélie Nothomb

 

4ème de couverture

« Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne » A.N.

 

L’auteur

Amélie Nothomb est née au Japon en 1967. Depuis son premier roman, Hygiène de l’assassin, elle s’est imposée comme un écrivain singulier enchaînant les succès en librairie et les récompenses littéraires, se renouvelant sans cesse. En 1999, elle reçoit le Grand prix de l’Académie française pour Stupeur et tremblements, et en 2008 le Grand prix Giono pour l’ensemble de son œuvre. Ses romans sont traduits en quarante langues. En 2016, elle devient membre de l’Académie royale de Belgique au fauteuil de Simon Leys.

 

Ce que j’en pense

Virevoltant comme une pièce de théâtre de Feydeau. Voilà ce qui me vient en premier à l’évocation de cet opus de la fantasque Amélie Nothomb.

C’est avec plaisir que l’on suit le cas de conscience du Comte Neville, aussi attaché à sa demeure qu’aux traditions aristocratiques… jusque dans le crime. Ironie, humour, plume acérée, Amélie nous entraîne dans une histoire dont elle seule a le secret. Un rythme enlevé et une fin adaptée même si on lui reprochera son travers habituel : la fin tombe comme un cheveu sur la soupe. Son histoire est terminée et la dame nous le fait savoir sans autre forme de procès.

Un excellent cru Nothomb !

 

Amélie Nothomb

Le Crime du comte Neville, Amélie Nothomb

Le Livre de Poche – 149 pages – janvier 2017

Première publication : Albin Michel 2015

 

Ce livre participe aux Challenges

dames-de-lettres

Reading Challenge Goodreads

Ici ou Ailleurs, Voyage dans nos PAL

Ames jumelles, Samantha Bailly

Âmes jumelles Samantha Bailly, Rageot, Littérature jeunesse

4ème de couverture

« L’une est blonde, l’autre brune. L’une solaire et populaire, l’autre timide et solitaire. Sonia dite Yuna écrit pour une association, Trames, qui publie un fanzine. Elle y rencontre Lou-Tiamat, qui s’affirme dans l’art du dessin suite au divorce brutal de ses parents. Leur amitié virtuelle se double d’échanges sur leurs créations et leur vie affective. Jusqu’au jour où les deux jeunes filles se rencontrent un week-end autour d’un projet… ».

 

L’auteur

Samantha Bailly est née en 1988. En parallèle d’un Master de littérature comparée, elle travaille dans le domaine du jeu vidéo. À vingt ans à peine, elle publie son premier roman, Oraisons, qui est récompensé par le Prix Imaginales des Lycéens 2011. Samantha vit à Paris et se consacre désormais à l’écriture. Elle signe avec À pile ou face son premier thriller.

 

Ce que j’en pense

Il en a fallu du temps pour que ce livre arrive dans ma PAL ! D’abord, quand il a commencé à faire parler de lui sur la toile, je n’étais pas plus tentée que ça. Le résumé me laissait présager une histoire trop adolescente et un peu « fofolle ».

Ensuite, c’est bien connu, à force de le trouver partout, il a fini par me trotter dans la tête.

Enfin, quand j’ai voulu l’acheter, il n’était plus disponible. Seule l’intégrale l’était et je préférais les volumes indépendants. Leur couverture me « parlait » plus.

Et puis je l’ai reçu à Noël, en intégrale.

Le livre enfin dans ma PAL, je n’avais qu’une envie, que je ne m’expliquais pas, c’était de le lire. Ce que j’ai fait.

En deux soirées.

Je l’ai littéralement dévoré.

Il est une coutume de dire que certains livres changent une vie, ou qu’ils étaient écrits pour nous.

Je ne sais pas si ce roman va changer ma vie (qui sait…), mais en tout cas, s’il n’a pas été écrit pour moi, ça y ressemble beaucoup. Je pense que c’était pour moi le moment de le lire.

Quoi ? Un roman jeunesse ? Eh ben oui.

Ce livre aborde énormément de thématiques, de sujets, d’interrogations qui font partie de ma vie. Il y a même un personnage secondaire qui porte mon prénom ! (et pourtant, ce n’est pas le plus courant qui soit).

Samantha Bailly a su, sans le vouloir, toucher des points sensibles chez moi.

Ce roman fait du bien.

 

« N’oubliez jamais que vous pouvez briller ».

 

Il est bien écrit, un style fluide, les chapitres répartis entre les deux personnages principaux, aussi sympathiques l’une que l’autre. Leurs doutes, leurs émotions, leur volonté farouche de réaliser leur rêve…

Je n’ai pas pu le lâcher.

Bon je vous laisse, Âmes rebelles m’attend  😀

 

Coup de coeur !

 

Ce livre participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads

Défi lecture 2017

dames-de-lettres