Mrs Creasy a disparu, Joanna Cannon

Mrs Creasy a disparu, Joanna Cannon

 

4ème de couverture

« C’est l’été sur l’Avenue.

Alors qu’une redoutable canicule s’insinue dans les cours et les jardins, dans le moindre insterstice de vies comme mises entre parenthèses, une voisine disparaît. Tandis que Grâce et Tilly mènent l’enquête, les esprits s’échauffent, les langues se délient, les souvenirs remontent à la surface – les souvenirs, et la culpabilité.

Car, dix ans plus tôt, quelque chose est arrivé dans cette rue bien comme il faut. Quelque chose de terrible. Et, face au vide causé par la disparition de leur voisine, Sheila, Petit Brian, Harold et tous les habitants de l’Avenue se retrouvent confrontés à leurs propres doutes. Chacun à leur tour, ils vont se quereller, se jeter leurs vieilles rancoeurs au visage et s’épier les uns les autres, à l’abri derrière leurs portes closes…

Qu’est-il arrivé à Margaret Creasy ? Que cache l’anxiété des voisins ? Et qu’est-ce que Walter Bishop, l’inquiétant occupant du numéro 11, a bien pu leur faire, pour qu’ils gardent tous une telle dent contre lui ? 

Joanna Cannon brosse, avec cette comédie de mœurs à l’écriture acidulée, un portrait fin et grinçant de la vie en communauté dans une rue qui pourrait être la nôtre ».

 

L’auteur

Joanna Cannon est diplômée de la Leicester Medical School et a travaillé en tant que médecin à l’hôpital avant de se spécialiser en psychiatrie. Elle vit dans la région de Peak District, au nord de l’Angleterre, avec sa famille et son chien. Mrs Creasy a disparu est son premier roman.

 

Ce que j’en pense

Comment ne pas se laisser embarquer par la plume de Joanna Cannon ! Style fluide et phrases sans concessions, elle nous prouve que dans les quartiers parfois les plus tranquilles il y a toujours quelque chose à cacher et que tout n’est pas si lisse que ça.

Ce roman est autant un thriller qu’un roman psychologique qui décortique les mentalités et les mœurs de tout un quartier. Le cynisme n’est pas absent, loin de là, et on se surprend à sourire de situations cocasses, acidulées comme un bonbon.

L’enquête est contre toute attente menée par deux jeunes demoiselles. Enquêtrices autoproclamées à la recherche de Dieu, et de Mrs Creasy, elles vont sans complexe frapper aux portes et par là-même s’infiltrer dans la vie des gens.

Que se passe-t-il dans ces maisons d’apparence « normales » ? Les habitants sont-ils si gentils que l’on pourrait penser ?

Un roman à découvrir.

 

 

Je remercie Babelio et les Editions Harper Collins pour l’envoi de cet exemplaire.

 

Publicités

Agatha Raisin enquête Tome 2, Remède de cheval, M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête Tome 2, Remède de cheval, M.C. Beaton

4ème de couverture

« Après la pluie, le beau temps ! Agatha Raisin est désormais bien installée dans son cottage de Carsely en compagnie de ses deux chats. Cerise sur le pudding, le nouveau vétérinaire du village ne semble pas insensible à ses charmes. Quand le beau véto succombe à une injection de tranquillisant destinée à un cheval rétif, la police locale conclut à un malencontreux accident. Mais pour Agatha, dont le flair a permis de résoudre l’affaire de La Quiche fatale, il s’agit bien d’un meurtre. A l’étonnement de tous, le séduisant colonel James Lacey partage pour une fois l’avis de son entreprenante voisine. Et nos deux détectives amateurs se lancent dans une enquête bien plus périlleuse qu’ils ne l’imaginaient… 

Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui. Une quinqua qui n’a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupule, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire ! ».

 

L’auteur

Née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C. Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin (plus de 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde).

 

Ce que j’en pense

Vous pensez que la vie dans un petit village des Costwolds est paisible, calme et vous faites vos valises pour aller y habiter ? Remballez vos affaires et réfléchissez à deux fois avant de déménager dans ce petit village anglais ou le meurtre se propage à toute vitesse ! Et ce n’est pas Agatha qui dira le contraire !

Chère Agatha qui avait des vues sur le beau vétérinaire. Comme la majorité des femmes du village d’ailleurs ! La file d’attente est longue chez ce séduisant célibataire… mais il ne fera pas long feu.

Assassiné à coup de remède de cheval, il s’avèrera qu’il n’était pas aussi sympathique que sa plastique le laissait supposer.

Agatha décide de revêtir son habit d’enquêtrice, son flair ne la trompe pas, et cerise sur le gâteau, son voisin, le très charmant Colonel a les mêmes soupçons et la rejoint.

La fine équipe va enquêter à ses risques et périls. Le pauvre Colonel va avoir des émotions mais gageons qu’Agatha ne sera pas étrangère à ceux-ci.

 

M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête, Tome 2 : Remède de cheval, M.C. Beaton

Titre original : The vicious vet, 1993

Traduit de l’anglais par Esther Ménévis

Initialement publié sous le titre : Agatha Raisin and the vicious vet

Albin Michel, 2016, 266 pages

 

Ce livre participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads

Le mois anglais

Agatha Raisin enquête : La quiche fatale, M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête : La quiche fatale, M.C. Beaton

 

4ème de couverture

« Sur un coup de tête, Agatha Raisin décide de quitter Londres pour goûter aux délices d’une retraite anticipée dans un paisible village des Cotswolds, où elle ne tarde pas à s’ennuyer ferme. Afficher ses talents de cordon bleu au concours de cuisine de la paroisse devrait forcément la rendre populaire.

Mais à la première bouchée de sa superbe quiche, l’arbitre de la compétition s’effondre et Agatha doit révéler l’amère vérité : elle a acheté la quiche fatale chez un traiteur. Pour se disculper, une seule solution : mettre la main à la pâte et démasquer elle-même l’assassin.

Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui. Une quinqua qui n’a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupules, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire ! ».

 

L’auteur

Née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C. Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin (plus de 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde).

 

Ce que j’en pense

Oubliez Miss Marple tout de suite ! Si vous vous attendez à rencontrer une dame d’un certain âge posée, discrète, inspirant le respect et l’affection, vous allez tomber de haut !

Agatha Raisin, elle dépote ! Vous allez très certainement commencer par la détester, elle va vous exaspérer, vous choquer. Vous allez trouver qu’elle a du tempérament, qu’elle est culottée et qu’elle a une conception tout à fait personnelle de la politesse.

En même temps, c’est une femme d’aujourd’hui dans laquelle vous pourrez vous identifier : elle est déterminée, elle se débrouille toute seule (quoiqu’elle se fera un copain pendant son enquête).

Un village paisible des Costwolds ? Vous rigolez j’espère ? Entre meurtre, mesquinerie, hostilité, jalousie et autre cancans, vous trouverez que Dallas et Dynastie réunis c’est que des potes qui s’adorent !

Une chose est sûre, comme les habitants de ce petit village, vous n’allez pas réussir à vous débarrasser d’Agatha. Parce que mine de rien, la dame, elle vous entraîne cheveux au vent dans une enquête qui décoiffe. Quelques ralentissements pour mieux vous donner un coup de pied aux fesses.

Et puis, bon, il faut l’avouer, à la fin du roman, on l’aime bien notre Agatha. Et… il semblerait que sous des dehors revêches et casse-c…, Agatha ait un cœur de midinette

Alors… tome suivant svp !

 

M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête, Tome 1 : La quiche fatale, M.C. Beaton

Titre original : The quiche of death, 1992

Traduit de l’anglais par Esther Ménévis

Initialement publié sous le titre : Agatha Raisin and the quiche of death

Albin Michel, 2016, 320 pages

 

 

Ce livre participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads

Le mois anglais

Le mois anglais