Le roman des Chirac, Michel Feltin-Palas

Le roman des Chirac, Michel Feltin-Palas

 

4ème de couverture

« Voici les secrets d’un couple qui a occupé le devant de la scène politique pendant près de quarante ans. Un véritable roman d’amour et d’ambition ! Où l’on découvre comment Bernadette a su imposer à ses parents un mariage dont ils ne voulaient pas ; comment Jacques, fils unique et adulé, s’est imposé comme le seul centre d’intérêt de sa propre famille, au point de peser lourdement sur le destin des siens ; comment, à l’Elysée, il a su utiliser la rivalité entre sa femme et sa fille cadette, Claude, pour mieux rester le seul patron. On comprend les raisons de ses désaccords avec son épouse concernant Sarkozy, Juppé ou Villepin. On rit en découvrant leur comportement extravagant en Corrèze, savant mélange d’engagement sincère et de clientélisme permanent. On saisit à quel point le drame traversé par leur fille Laurence a contribué à souder leur union. Et pourquoi, malgré les innombrables conquêtes de l’ancien Président, ce couple, dont la complicité a triomphé de toutes les tempêtes, n’a jamais cédé à la tentation du divorce ».

 

L’auteur

Journaliste à la Croix, puis à L’Express, Michel Feltin-Palas a suivi Bernadette et Jacques Chirac de multiples années, à Paris comme en Corrèze. Il en a résulté de livre, fruit d’une longue enquête de terrain, riche de témoignages inédits : un document exceptionnel.

 

Ce que j’en pense

Par quoi je commence ? Ce roman m’a tellement fait réagir, que je ne sais pas par quoi commencer. Bon. On va commencer par le commencement.

Le style est très agréable à lire, on tourne les pages très vite (je l’ai lu en deux soirées), les chapitres sont assez courts, le rythme enlevé. On aura toutefois le sentiment de quelques redites, parce que l’auteur a choisi de découper, et ça paraît logique, son roman en suivant l’évolution de carrière du couple Chirac. Cependant, comme Jacques passe son temps à cocufier Bernadette avec les mêmes entourloupes, au bout d’un moment on a l’impression de lire toujours la même chose.

On sent le travail de l’auteur derrière ce document. Le foisonnement des témoignages, les détails. Il n’a pas lambiné, c’est sûr. Condenser tout ceci, toute la vie du couple Chirac en 300 pages environ n’a pas dû être chose aisée. Et en même temps, on se dit que sorti de l’infidélité et du détournement de fonds public, les Chirac, ils n’ont pas trop marqué l’Histoire.

J’ai toutefois pris plaisir à lire ce livre. J’en ai beaucoup appris sur Bernadette Chirac. Cela m’a permis de comprendre beaucoup de choses et vient compléter un reportage qui lui avait été consacré. On trouvera du positif dans l’ambition, l’abnégation, on compatira, on s’énervera, on sera scandalisé, on aura de la compassion. Ce livre, l’histoire d’une vie, est riche de toutes ses joies et ses peines.

Cependant…

Michel Feltin-Palas nous ouvre les yeux sur tout un tas de choses qu’on ignorait (en tout cas, moi) et cela ne met pas le couple Chirac particulièrement en valeur. Bon boulot Michel et merci pour votre honnêteté.

En tant que citoyenne, j’apprécie moyennement d’entretenir les politiques, leurs caprices et leurs proches. Je n’apprécie pas non plus les passe-droits. Je vous laisse juges de l’embauche du fils de Claude, Martin, alors qu’il vient d’échouer son Bac chez Macy’s (et certainement pas comme vendeur) pistonné par un copain de son grand-père.

Et après Chirac n’aime pas Sarko ? Pourtant il fait pareil ! Et vas-y que je case ma fille, les maîtresses et tout le reste. Belle mentalité.

Je ne vais pas ouvrir le débat (quoi trop tard ! 😀 ). Ils font tous pareil, hein François F.

Et ce n’est pas parce que c’est devenu le jeu que l’on doit donner sa bénédiction à toutes ces malversations. Même si beaucoup d’entre nous pensent qu’à leur place ils auraient fait pareil.

En tant que femme, je dirais de la manière la plus élégante que je puisse compte tenu de l’affaire : Chirac est le plus grand connard de l’histoire du couple.

Infidélités (il a trouvé le temps de gouverner la France quand ? En tout cas, il avait la santé dans le slip !), mensonges, dissimulation d’emploi du temps, aux petits soins pour ses maîtresses devant sa femme et critiques envers celle-ci en public, quelle honte !

Parce qu’il faut vous préparer. Ce roman n’est pas exclusivement le roman d’une ascension politique, d’une réalisation historique exceptionnelle (oui même en 2002 si il a eu plus de 80% ce n’est pas parce qu’il était voulu LUI, mais parce que personne ne voulait L’AUTRE), c’est le roman d’une soumise domestique et d’un queutard de renommée mondiale.

Les féministes et historiens apprécieront.

 

P.S. : désolée pour le vocabulaire grossier, je n’ai pas pu faire plus édulcoré.

 

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio. Je remercie les Editions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman.

 

 

Michel Feltin-Palas

Le roman des Chirac, Michel Feltin-Palas

Editions Michel Lafon – 316 pages – janvier 2017

 

 

Ce livre participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads

RAT a Week Winter Edition Saison 2

Ames jumelles, Samantha Bailly

Âmes jumelles Samantha Bailly, Rageot, Littérature jeunesse

4ème de couverture

« L’une est blonde, l’autre brune. L’une solaire et populaire, l’autre timide et solitaire. Sonia dite Yuna écrit pour une association, Trames, qui publie un fanzine. Elle y rencontre Lou-Tiamat, qui s’affirme dans l’art du dessin suite au divorce brutal de ses parents. Leur amitié virtuelle se double d’échanges sur leurs créations et leur vie affective. Jusqu’au jour où les deux jeunes filles se rencontrent un week-end autour d’un projet… ».

 

L’auteur

Samantha Bailly est née en 1988. En parallèle d’un Master de littérature comparée, elle travaille dans le domaine du jeu vidéo. À vingt ans à peine, elle publie son premier roman, Oraisons, qui est récompensé par le Prix Imaginales des Lycéens 2011. Samantha vit à Paris et se consacre désormais à l’écriture. Elle signe avec À pile ou face son premier thriller.

 

Ce que j’en pense

Il en a fallu du temps pour que ce livre arrive dans ma PAL ! D’abord, quand il a commencé à faire parler de lui sur la toile, je n’étais pas plus tentée que ça. Le résumé me laissait présager une histoire trop adolescente et un peu « fofolle ».

Ensuite, c’est bien connu, à force de le trouver partout, il a fini par me trotter dans la tête.

Enfin, quand j’ai voulu l’acheter, il n’était plus disponible. Seule l’intégrale l’était et je préférais les volumes indépendants. Leur couverture me « parlait » plus.

Et puis je l’ai reçu à Noël, en intégrale.

Le livre enfin dans ma PAL, je n’avais qu’une envie, que je ne m’expliquais pas, c’était de le lire. Ce que j’ai fait.

En deux soirées.

Je l’ai littéralement dévoré.

Il est une coutume de dire que certains livres changent une vie, ou qu’ils étaient écrits pour nous.

Je ne sais pas si ce roman va changer ma vie (qui sait…), mais en tout cas, s’il n’a pas été écrit pour moi, ça y ressemble beaucoup. Je pense que c’était pour moi le moment de le lire.

Quoi ? Un roman jeunesse ? Eh ben oui.

Ce livre aborde énormément de thématiques, de sujets, d’interrogations qui font partie de ma vie. Il y a même un personnage secondaire qui porte mon prénom ! (et pourtant, ce n’est pas le plus courant qui soit).

Samantha Bailly a su, sans le vouloir, toucher des points sensibles chez moi.

Ce roman fait du bien.

 

« N’oubliez jamais que vous pouvez briller ».

 

Il est bien écrit, un style fluide, les chapitres répartis entre les deux personnages principaux, aussi sympathiques l’une que l’autre. Leurs doutes, leurs émotions, leur volonté farouche de réaliser leur rêve…

Je n’ai pas pu le lâcher.

Bon je vous laisse, Âmes rebelles m’attend  😀

 

Coup de coeur !

 

Ce livre participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads

Défi lecture 2017

dames-de-lettres

Ouragan, Laurent Gaudé

Ouragan, Laurent Gaudé

 

4ème de couverture

« A la Nouvelle-Orléans, alors qu’une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville. Ceux qui n’ont pu partir devront subir la fureur du ciel. Rendue à sa violence primordiale, la nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d’un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s’est dissous dans la peur ?

Seul dans sa voiture, Keanu fonce vers les quartiers dévastés, au cœur de la tourmente, en quête de Rose, qu’il a laissée derrière lui six ans plus tôt et qu’il doit retrouver pour, peut-être, donner un sens à son existence…

Dans un saisissant décor d’apocalypse, Laurent Gaudé met en scène une dizaine de personnages qui se croisent ou se rencontrent. Leurs voix montent collectivement en un ample choral qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort. Roman ambitieux à l’écriture empathique et incantatoire, Ouragan mêle la gravité de la tragédie à la douceur bienfaisante de la fable pour exalter la fidélité, la fraternité, et l’émouvante beauté de ceux qui reste debout ».

 

L’auteur

Romancier et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé a reçu en 2004 le prix Goncourt pour son roman Le Soleil des Scorta. Son œuvre, traduite dans le monde entier, est publiée par Actes Sud.

 

Ce que j’en pense

Le roman commence comme un chant choral avec un personnage attachant, Josephine, vieille « négresse » (c’est ainsi qu’elle se nomme elle-même tout au long de l’ouvrage, telle une litanie puissante sur sa triste condition et sa force insubmersible). Josephine est attachante, robuste, et on a tôt fait de se prendre d’affection pour elle,

« Josephine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans ».

Cette femme forte nous accompagnera tout au long du roman, avec d’autres personnages, et leurs furtives rencontres mettra l’accent sur ce qui fait la vie, des gens qui se croisent sans se connaître, figures anonymes suscitant dans la majorité des cas une plate indifférence, sans aucun éclat de leurs combats intérieurs.

Ouragan, c’est Katrina, la dévastation, la destruction, le pouvoir absolu de la nature sur l’humain, frêle créature dont l’absurde et les drames peuplent l’existence.

Katrina dévaste tout sur son passage, et fait ressortir le pire et le meilleur dans chaque personnage, le sort de sa torpeur ou non, révèle un pan de sa personnalité et de ses tourments intérieurs.

Car tous les personnages de ce roman, s’ils n’ont a priori rien en commun, Josephine Linc. Steelson, vieille négresse depuis presque cent ans, Keanu  homme dans la force de l’âge proie d’un souvenir tragique sur une plate-forme pétrolière, un groupe de prisonniers plus ou moins violents, une femme seule que Keanu veut rejoindre, mère d’un enfant sans père, et cet enfant qui errera dans la ville.

Ouragan n’est pas le roman du phénomène climatique, et si on s’attend à un récit précis sur l’impact de la météo outrancière, on va être déçus. Je l’ai été, et mon comparse de lecture, Denis, également.

Et puis on prend un peu de recul, avec le temps, et on aperçoit une toute autre écriture, on découvre l’histoire sous une nouvelle lecture.

Ouragan est la métaphore de cette dévastation intérieure de ces humains malmenés par la vie. Que cette dévastation provienne de leurs choix, soit la conséquence de leurs actes ou la soumission à un destin tragique.

Laurent Gaudé a la plume fluide, agréable, une limpidité dans la noirceur de la tempête.

On ressort de ce livre perplexe, rempli d’interrogation sur ces morceaux de vies relatés, et sur l’insignifiance de la condition humaine.

Ouragan n’est pas un livre pour se détendre, mais il est puissant, intense.

Que l’on aime ou que l’on déteste, c’est un roman qui ne laisse pas indifférent.

 

***

Actes Sud, Babel,190 pages – 2010

***

 

Ce livre participe à la LC avec Denis, pour lire son avis, c’est par ici !

 

Ce livre participe aux Challenges

3890

Plan ORSEC 2016