L’étrange bibliothèque, Haruki Murakami

L’étrange bibliothèque, Haruki Murakami

 

4ème de couverture

« Japon, de nos jours. Un jeune garçon se rend à la bibliothèque municipale. Jusqu’ici, rien que de très banal, le garçon set scrupuleux, il rend toujours ses livres à l’heure. Cette fois, pourtant, rien ne se passera comme prévu… Entre rêve et cauchemar, Haruki Murakami nous livre une nouvelle inédite, hypnotique, grinçante, superbement mise en images par la talentueuse illustratrice allemande Kat Menschik ».

 

L’auteur

Haruki Murakami, né à Kyoto en 1949 et élevé à Kobe, a étudié le théâtre et le cinéma à l’université Waseda, avant d’ouvrir un club de jazz à Tokyo en 1974. Son premier roman Écoute le chant du vent (1979), un titre emprunté à Truman Capote, lui a valu le prix Gunzo et un succès immédiat au Japon. Suivront, La Course au mouton sauvage, La Fin des temps, La Ballade de l’impossible, Danse, Danse, Danse, et L’éléphant s’évapore. Exilé en Grèce en 1988, en Italie, puis aux États-Unis, où il écrit ses Chroniques de l’oiseau à ressort et Au sud de la frontière, à l’ouest du soleil, il rentre au Japon en 1995, écrit un recueil de nouvelles sur le séisme de Kobe, Après le tremblement de terre, une enquête sur l’attentat de la secte Aum, Underground, puis suivent Les Amants du Spoutnik, le superbe Kafka sur le rivage et 1Q84 (tomes 1, 2 et 3). Plusieurs fois favori pour le Nobel de littérature, Haruki Murakami a reçu le prestigieux Yomiuri Prize et le prix Kafka 2006. Après L’Incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, il autorise la publication d’Écoute le chant du vent suivi de Flipper,1973, ses deux premiers romans inédits.

 

Ce que j’en pense

J’ai été attirée par la couverture de ce roman. Il faut reconnaître qu’elle est intrigante. Sombre, particulièrement soignée, un étrange oiseau. Aimant le mystère, je ne pouvais qu’être attirée.

Tous les amoureux des livres ne pourront qu’être envoûtés par le titre : L’étrange bibliothèque. Notre imagination fertile nous invente un lieu mystérieux, aux livres enchantés ou maléfiques, des évènements inattendus ne peuvent que s’y produire.

Murakami ayant une plume fluide, le tout ne peut être que génial.

On déchante vite.

Plusieurs semaines après avoir terminé l’ouvrage, j’ai encore du mal à déterminer si c’est un livre de génie ou une sombre fumisterie.

Je suis assez hermétique au côté poétique des choses. Le côté onirique, passe encore, mais dans ce roman, cela frôle le trash. Ça se lit pourtant vite. Mais le fil conducteur me semble plus être dominé par l’absurde que par l’onirisme, même si celui-ci est présent, j’en conviens.

Ce livre met mal à l’aise. Volonté de l’auteur ? Un enfant très bien élevé, rigoureux, studieux, se laisse enfermer dans une geôle surveillée par un homme-mouton. Oui vous avez bien lu. Est-ce une façon de dire que les enfants doivent apprendre à dire non, à ne pas suivre les inconnus… comme un mouton ? Aucune idée. Je pense que chacun sera touché ou non selon sa sensibilité.

Ce cours roman se lit vite. J’allais dire tant mieux.

J’ai toutefois le sentiment d’être passée à côté de quelque chose, et je n’apprécie pas ça.

Je vous laisse juges…

 

Ce livre participe aux challenges

3890

Plan ORSEC 2016

Rental Hearts, Sawaki Otonaka

Rental Hearts Tome 1 Sawaki Otonaka, Gothique, Editions Soleil, Fantômes, Littérature japonaise, Shoujo

 

4ème de couverture

« Comme il est plus facile de combattre une horde de fantômes malfaisants avec l’aide de deux beaux gosses !

Nonoka Amamiya, 16 ans, possède le don de voir les fantômes. Cette faculté lui rend la vie difficile et l’isole des autres lycéens. Un jour, elle est abordée par deux frères au physique de rêve, Aki et Kou, qui lui annoncent vouloir « emprunter ses yeux ». Tous deux chasseurs de fantômes, ils ne voient pourtant pas leurs cibles ! Commence alors une étrange collaboration entre les trois jeunes gens avec la pléthore de bagarres et de monstres… ».

 

L’histoire

Nonoka Amamiya vit un véritable enfer quotidien. En effet, elle a l’étrange et désagréable capacité de voir les fantômes et de les entendre. A tel point qu’elle peine à les distinguer des vivants. Elle se trouve donc régulièrement dans des situations embarrassantes. Isolée des autres malgré elle, elle fait la connaissance de deux frères canons, qui semblent s’intéresser à elle. Si elle pensait que la situation allait s’améliorer pour elle il n’en est rien, ceux-ci veulent simplement lui emprunter ses yeux pour voir les fantômes qu’ils chassent, et l’intérêt que les deux garçons lui porte déchaîne les jalousies des autres filles, autant vivantes que mortes. Malgré elle, Nonoka Amamiya va se retrouver embarquée dans une aventure aussi inattendue que dangereuse…

 

L’auteur

Sawaki Otonaka est japonaise. C’est une mangaka qui n’écrit que des shoujo. Elle a travaillé en tant que dessinatrice sur le manga Akaki Tsuki no Meguru Koro pour Kigawa Arata.

Mangas

  • Rental Hearts – レンタルハーツ (2013)
  • Sensei no Iutoori!! – 先生のいうとおり!! (2013)
  • Yoshiwara Hana Oboro – よしわら花おぼろ (2011)
  • Akaki Tsuki no Meguru Koro – 赤き月の廻るころ (2010)

One shot

  • Sakura Omoi – 桜思い (2009)

 

Ce que j’en pense

Une jeune fille capable de voir et d’entendre les fantômes ? Il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité. Vous savez que je suis friande d’histoires de fantômes et de revenants, et que les films d’horreur japonais sont parmi mes préférés. J’étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner au format manga.

C’est assez étrange, parce que, à l’instar de Nonoka, il nous est difficile de discerner les morts des vivants dans ce manga. Cela nous permet, du coup, d’être immergé dans l’histoire et de mieux comprendre le ressenti de l’héroïne, à qui, il faut bien le reconnaître, il n’arrive que des catastrophes !

Nonoka Amamiya est une jeune fille renfermée sur elle-même par la force des choses. Il lui est difficile de nouer des liens avec les autres personnes. Elle manque cruellement de confiance en elle, et peine à accepter son don de voir les fantômes. Quand les deux frères surgissent pour lui « emprunter ses yeux » (là on flippe), elle va tenter de se servir de cette situation pour reprendre sa vie en main. Cela ne sera pas sans risques.

C’est ce que j’ai bien aimé dans ce manga. Au-delà cette histoire de fantômes, c’est l’évolution de la jeune fille confrontée à des situations exceptionnelles et dangereuses, mais aussi et surtout confrontée à elle-même, à ses propres peurs.

Il y a aussi beaucoup d’humour.

Sur la forme, le manga est composé en chapitres. On regrettera juste que les pages ne soient pas numérotées alors que les numéros sont indiqués dans le sommaire.

Le dessin est classique, et l’auteur reconnaît elle-même que les scènes d’action sont assez brouillonnes, étant donné que c’est la première fois qu’elle en dessine. Cela manque en effet de précision, il faudrait retravailler les scènes d’action afin de les rendre plus lisibles et surtout plus détaillées, plus précises. Le potentiel est là, à n’en pas douter, et l’idée de ce manga est originale.

En tout cas, je suis curieuse de connaître la suite.

 

 

Merci aux Editions Soleil pour l’envoi de ce Manga.

 

Rental Hearts Tome 1

 

 

 

 

 

Ce manga participe aux Challenges

Challenge BD 2ème édition

estampe+horreur+-+Copie

Challenge Ecrivains japonais d'hier et d'aujourd'hui

Plan Orsec pour PAL en danger 2015

Challenge 1 mois = 1 consigne

 

Challenge ABC Critiques 2014 - 2015 Babelio

Pray for Love Tome 1, Keiko Sakano

Pray for Love Tome 1, Pray for Love Tome 1 Keiko Sakano, Keiko Sakano, Soleil Manga, Manga, Gothic, Gothique

 

4ème de couverture

« Elle mesure un mètre douze, mais elle est au lycée ! Sera-t-elle prête à épouser un dieu sadique et amoureux pour retrouver une taille adulte ?

Amane a 16 ans, mais elle est si petite qu’elle décide de se rendre dans un temple pour implorer le retour de sa croissance. C’est alors qu’un dieu canon, mais égoïste, apparaît devant elle. Il l’embrasse par surprise et voilà qu’elle prend instantanément son apparence de jeune femme voluptueuse ! Une merveilleuse histoire d’amour commence entre un dieu imbu de lui-même et une lycéenne qui n’a pas l’intention de se laisser faire si facilement… ».

 

L’histoire

Amane est une adolescente au physique de petite fille. Elevée par son grand-père, celui-ci l’a encouragée à se tourner vers la prière en cas de souci.

« Quand on a un souci, il suffit de prier ! »

C’est ce qu’elle décide de faire en allant au temple pour demander le retour de sa croissance afin d’avoir une apparence plus en conformité avec son âge. A sa grande surprise, un Dieu lui apparaît et lui déclare qu’elle est son épouse.

Si le Dieu est imbu de lui-même, Amane n’est pas dépourvue de caractère. Leur relation va être explosive.

 

L’auteur

Keiko Sakano est née un 23 décembre à Hokkaïdo, et vit aujourd’hui à Tokyo.

 

Ce que j’en pense

Je me suis bien marrée avec ce manga. Entre le Dieu qui se la pète et l’héroïne qui passe son temps (contre son gré il faut le dire) à rétrécir et à grandir, c’est pas triste.

Il n’y a pas de temps mort, les aventures de ce « couple » hors du commun s’enchaînent, et les rebondissements sont cohérents.

Il y a une part de tendresse, tant dans la relation qu’Amane entretenait avec son grand-père. Il n’est pas dit non plus que l’arrogance de ce séduisant Dieu ne cache pas une fêlure.

Une jolie histoire.

 

 

Merci aux Editions Soleil pour l’envoi de ce Manga.

Pray for Love

 

 

 

 

 

Ce manga participe aux Challenges

Challenge Bd, Challenge BD

Challenge Ecrivains japonais d'hier et d'aujourd'hui

Reading Challenge 2015

Plan Orsec pour PAL en danger 2015

Challenge 1 mois = 1 consigne