California Girls, Simon Liberati

California Girls, Simon Liberati, Littérature française, Sharon Tate, Charles Manson, Thriller

 

4ème de couverture

« En 1969 j’avais neuf ans. La Famille Manson est entrée avec fracas dans mon imaginaire. J’ai grandi avec l’image de trois filles de vingt ans défiant les tribunaux américains, une croix sanglante gravée sur le front. Des droguées… voilà ce qu’on disait d’elles, des droguées qui avaient commis des crimes monstrueux sous l’emprise d’un gourou qu’elles prenaient pour Jésus-Christ.

Ce fait divers a marqué un tournant historique : la fin de l’utopie des années 1960.

California Girls couvre trente-six heures de la vie de la Famille Manson au moment où elle passe à l’acte. Mon but a été que tout paraisse aller de soi comme dans un roman. J’ai écrit cette histoire pour exorciser mes terreurs enfantines et j’ai revécu seconde par seconde le martyre de Sharon Tate ».

 

L’auteur

Simon Liberati est l’auteur de six livres, dont Anthologie des apparitions (2004), Jane Mansfield 1967, prix Femina 2011, Eva (2015) et Les Rameaux noirs (2017).

 

Ce que j’en pense

Cette fois-ci, l’affaire Manson est traitée de manière plus documentaire. Simon Liberati nous livre un roman foisonnant, extrêmement précis et détaillé des quelques jours entourant le meurtre de Sharon Tate par la secte de Manson.

Sa plume est fluide. Mais alors il faut avoir l’habitude de lire de l’horreur ! Dans tous les sens du terme.

Mais ce qui m’a, ce qui nous a, Denis et moi, le plus marqué, ce sont les descriptions salaces.

Effectivement, c’est le festival du sexe dans ce roman. Mais ce qui dérange, en plus du reste, c’est le plaisir que semble prendre l’auteur à décrire les scènes les plus abjectes. Il arrive, par son écriture, à nous transmettre une sorte de jouissance perverse. C’est extrêmement dérangeant.

La description des meurtres est à la hauteur de ce qui a été relaté dans la presse : sauvage.

Quelle est la part de vérité, quelle est la part de fiction ?

Comme pour mon article sur The Girls d’Emma Cline, je reviendrai dans un prochain article de façon plus détaillée et surtout plus globale sur un phénomène qui tend à se généraliser. Vous en saurez plus bientôt.

Que dire de plus sur California Girls ? On sent que l’auteur s’est bien documenté sur le sujet. Il nous fait découvrir de l’intérieur les vrais protagonistes. On regrettera toutefois, une fois de plus, la négligence des Maisons d’Edition qui s’obstinent à ne pas mentionner sur la couverture que des propos peuvent choquer et l’interdire aux mineurs.

 

Ce livre a été lu en lecture commune avec Denis

Ce livre participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads

Le Pumpkin Autumn Challenge

Publicités

Agatha Raisin enquête Tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête Tome 3, Pas de pot pour la jardinière, M.C. Beaton

 

4ème de couverture

« De retour dans les Costwolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d’une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu’amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s’annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s’incline pas avant d’avoir combattu (quitte à se livrer à l’une de ses petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) ! C’est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n’était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale.

Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui. Une quinqua qui n’a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupules, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire ! ».

 

L’auteur

Née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C. Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin (plus de 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde).

 

Ce que j’en pense

Catastrophe à Carsely ! Quand Agatha Raisin, notre tornade anglaise, rentre au bercail après un voyage aussi ennuyeux que solitaire, elle découvre que son voisin dont elle est secrètement amoureuse (bon secrètement, c’est tout à fait relatif puisque celui-ci part en courant quand il l’aperçoit !) s’est entiché d’une nouvelle venue. Et la rivale est loin d’être moche.

Belle et appréciée (du moins en apparence), Mary va faire ressortir chez Agatha ses travers de compétitrice aux principes tout à fait personnels.

Mais bientôt, une âme « charitable » va débarrasser de façon tragique la belle rivale. Dépitée par sa déconvenue sentimentale, notre détective de choc va mener l’enquête, une fois de plus avec le Colonel qui, semble-t-il, regretterait son choix amoureux…

 

M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête, Tome 3 : Pas de pot pour la jardinière, M.C. Beaton

Titre original : The potted gardener, 1994

Traduit de l’anglais par Esther Ménévis

Albin Michel, 2016, 347pages

 

Ce livre participe aux challenges

Reading Challenge Goodreads

Le mois anglais

Agatha Raisin enquête Tome 2, Remède de cheval, M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête Tome 2, Remède de cheval, M.C. Beaton

4ème de couverture

« Après la pluie, le beau temps ! Agatha Raisin est désormais bien installée dans son cottage de Carsely en compagnie de ses deux chats. Cerise sur le pudding, le nouveau vétérinaire du village ne semble pas insensible à ses charmes. Quand le beau véto succombe à une injection de tranquillisant destinée à un cheval rétif, la police locale conclut à un malencontreux accident. Mais pour Agatha, dont le flair a permis de résoudre l’affaire de La Quiche fatale, il s’agit bien d’un meurtre. A l’étonnement de tous, le séduisant colonel James Lacey partage pour une fois l’avis de son entreprenante voisine. Et nos deux détectives amateurs se lancent dans une enquête bien plus périlleuse qu’ils ne l’imaginaient… 

Agatha Raisin, c’est une Miss Marple d’aujourd’hui. Une quinqua qui n’a pas froid aux yeux, fume comme un pompier et boit sec. Sans scrupule, pugnace, à la fois exaspérante et attendrissante, elle vous fera mourir de rire ! ».

 

L’auteur

Née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C. Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin (plus de 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde).

 

Ce que j’en pense

Vous pensez que la vie dans un petit village des Costwolds est paisible, calme et vous faites vos valises pour aller y habiter ? Remballez vos affaires et réfléchissez à deux fois avant de déménager dans ce petit village anglais ou le meurtre se propage à toute vitesse ! Et ce n’est pas Agatha qui dira le contraire !

Chère Agatha qui avait des vues sur le beau vétérinaire. Comme la majorité des femmes du village d’ailleurs ! La file d’attente est longue chez ce séduisant célibataire… mais il ne fera pas long feu.

Assassiné à coup de remède de cheval, il s’avèrera qu’il n’était pas aussi sympathique que sa plastique le laissait supposer.

Agatha décide de revêtir son habit d’enquêtrice, son flair ne la trompe pas, et cerise sur le gâteau, son voisin, le très charmant Colonel a les mêmes soupçons et la rejoint.

La fine équipe va enquêter à ses risques et périls. Le pauvre Colonel va avoir des émotions mais gageons qu’Agatha ne sera pas étrangère à ceux-ci.

 

M.C. Beaton

Agatha Raisin enquête, Tome 2 : Remède de cheval, M.C. Beaton

Titre original : The vicious vet, 1993

Traduit de l’anglais par Esther Ménévis

Initialement publié sous le titre : Agatha Raisin and the vicious vet

Albin Michel, 2016, 266 pages

 

Ce livre participe aux Challenges

Reading Challenge Goodreads

Le mois anglais