RAT de l’épouvante, Semaine 1, le suivi

RAT de l’épouvante, marathon lecture, Chroniques Littéraires, Horreur, Haunted, Ghost, Fantômes, Halloween

 

Le RAT de l’épouvante a commencé ! Je vous présente les catégories pour lesquelles j’ai opté pour cette Semaine 1. Comme d’habitude, j’ai dû avoir la PAL plus grosse que la semaine ne laisse de temps pour tout lire, mais qui sait, c’est le mois de la magie…

Nombre de pages : catégorie Lutin 500 pages.

Il est vraisemblable que je devrais opter pour les 1000 pages (vous allez vite savoir pourquoi), mais je vais commencer doucement.

Catégorie : je vais toutes les prendre ! Ce qui signifie que, pour valider la semaine de marathon, je dois lire un livre de chaque catégorie.

 

Ma PAL (qui comme à chaque fois va changer, vous me connaissez) :

  • L’étrange vie de Nobody Owens, Neil Gaiman (acheté cette après-midi alors que je cherchais Coraline dans la même édition)
  • Outlander tome 1, Diana Gabaldon (vous comprenez mieux pour le nombre de pages…)
  • Passager 23, Sebastian Fitzek (je l’ai commencé y a un moment j’en suis à la page 246, j’ai bien envie de le terminer, l’histoire est vraiment bien)

Je continue L’ombre du vent, en LC avec Denis.

A ça on va rajouter un peu de BD, un peu de mangas : le tome 1 de l’intégrale de Courtney Crumrin me tente et j’ai les 3 premiers tomes du manga The promised Neverland.

Je ne sais pas vous, mais j’ai toujours du mal à constituer une PAL, tout me fait envie ! Et quand je cherche des titres, j’en trouve toujours un dans ma bibliothèque que j’avais oublié ! Au moment où j’écris ces lignes, je me souviens d’un coup que j’ai l’intégrale des contes de l’Ankou, Carmilla, Les Contes Macabres, l’Encyclopédie des fantômes ! Je ne sais plus où donner de la PAL !

 

 

Suivi :

Après avoir posté cet article j’ai repris Outlander. J’en étais au chapitre 3 page 72 et j’ai continué jusqu’à la page 90. J’aime beaucoup l’atmosphère. Je comprends mieux l’engouement. Je ne sais pas si je vais le terminer (856 pages, un pavé), mais qui sait…

 

Mercredi 3 octobre :

21h32 : je reprends ma lecture.

 

Jeudi 4 octobre :

J’ai avancé dans ma lecture d’Outlander Tome 1. Mais je me suis fait gentiment spoiler l’histoire (un ou deux trucs qui font que ça répond à des questions que je me posais), du coup, je ne sais pas si je vais poursuivre ma lecture. Ca m’embête un peu, mais connaître d’avance des éléments, ajouté au fait que l’histoire piétinait un peu, je préfère opter pour un autre livre.

J’ai commencé le manga The Promised Neverland Tome 1, et pour le moment j’accroche bien. Je note toutefois un air de déjà-vu (série télé).

J’ai ressorti le thriller Le cri, un page-turner, que j’avais mis de côté je ne sais même plus pourquoi (certainement d’autres livres achetés entre temps qui me donnaient envie).

 

 

RAT de l’épouvante, marathon lecture, Chroniques Littéraires, Horreur, Haunted, Ghost, Fantômes, Halloween

RAT de l’épouvante, marathon lecture, Chroniques Littéraires, Horreur, Haunted, Ghost, Fantômes, Halloween

RAT de l’épouvante, marathon lecture, Chroniques Littéraires, Horreur, Haunted, Ghost, Fantômes, Halloween

Publicités

Le problème Spinoza, Irvin Yalom

Le problème Spinoza, Irvin Yalom; Chroniques littéraires, Spinoza

 

4ème de couverture

« Amsterdam, février 1941. Le Reichsleiter Rosenberg, chargé de la confiscation des biens culturels des juifs dans les territoires occupés, fait main basse sur la bibliothèque de Baruch Spinoza.

Qui était donc de philosophe, excommunié en 1656 par la communauté juive d’Amsterdam et banni de sa propre famille, pour, trois siècles après sa mort, exercer une telle fascination sur l’idéologue du parti nazi ?

Irvin Yalom, l’auteur de Et Nietzsche a pleuré, explore la vie intérieure de Spinoza, inventeur d’une éthique de la joie, qui influença des générations de penseurs. Il cherche aussi à comprendre Alfred Rosenberg, qui joua un rôle décisif dans l’extermination des juifs d’Europe ».

 

L’auteur

Professeur émérite de psychiatrie à Stanford, Irvin Yalom est l’auteur, entre fiction, philosophie et psychothérapie, de nombreux essais, romans ou récits, best-sellers dans le monde entier, dont la Méthode Schopenhauer, Le Bourreau de l’amour, Le Jardin d’Epicure, En plein cœur de la nuit, Le Problème Spinoza (lauréat du Prix des lecteurs du Livre de Poche en 2014), ou encore Créatures d’un jour.

 

Ce que j’en pense

Ce livre est assurément l’un de mes coups de cœur de cette année.

L’auteur nous entraîne dans la découverte de deux figures de l’Histoire : Spinoza, un pilier de la philosophie, et Rosenberg, connu pour son œuvre dans la triste Histoire de l’extermination des juifs.

 

Que peut relier ces deux hommes dont l’auteur a voulu dresser le portrait en parallèle ?

 

La philosophie, la pensée, la force des convictions et l’ancrage dans leur décision de faire valoir leur idée sans se faire influencer par celles des autres. Le seul point commun que l’on peut trouver à ces deux hommes est d’avoir décidé de ne pas cacher leurs convictions. Ils étaient « habités ».

Une sorte de possession qui les abstrait de toute possibilité de s’en faire détourner. Pour le meilleur et pour le pire.

Spinoza fascine Rosenberg non pas parce qu’il est d’accord avec lui mais parce que précisément il ne le comprend pas. Au sens littéral du terme.

On ressent le mur de l’incompréhension lorsque nous ne partageons pas les idées de l’autre et que nous sommes convaincus d’avoir raison, une sorte de pensée unique et victorieuse.

Ce livre nous montre la force des convictions avec la liberté qu’elle donne mais aussi avec les conséquences que cela peut emporter.

Et finalement, ce que l’on peut aussi retenir, c’est que le mécanisme de pensée, qu’il nous pousse au bien ou qu’il nous pousse au mal, est le même dès lors que nous sommes déterminés.

Cela montre aussi la dualité de la force de conviction. Et l’absence totale d’ouverture à l’autre.

 

Ce livre est en fait tellement foisonnant qu’il est impossible d’en retracer l’exact impact.

Chacun le ressentira à sa façon puisque les convictions sont totalement subjectives.

Nous serons aussi touchés, ou pas, par les notions philosophiques développées, comme la croyance en l’existence d’un Dieu, la valeur de la vertu, le sentiment d’isolement.

Nous aurons aussi envie de découvrir tous ces philosophes, toutes ces œuvres.

 

Mais ce qui marque aussi dans ce livre, c’est la plume fluide de l’auteur, qui arrive, en dépit de l’abondance d’informations, à rendre la lecture facile et addictive.

Un livre que je vous recommande.

 

Coup de coeur !

 

 

Le problème Spinoza, Irvin Yalom, Chroniques littéraires

Le problème Spinoza d’Irvin Yalom

(Le Livre de Poche – 544 pages – décembre 2014)

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Sylvette Gleize

Titre original : The Spinoza Problem (2012)

Première édition française : 2012 (Gaalade Editions)

(Prix des Lecteurs – Le Livre de Poche)

 

Ce livre a été lu en LC avec Denis, mon comparse de lecture. Merci à toi pour tous ces moments de partage.

 

Avec un peu d’avance, ce livre participe au Challenge Le mois américain 2018

Le mois américain, Chroniques littéraires

Marathon lecture, ma PAL

RAT a Week Spécial Rentrée, marathon lecture, lecture, chroniques littéraires

 

Le marathon lecture commence dimanche soir à minuit, et j’ai préparé ma PAL. Il se peut que d’autres livres se rajoutent ou que je change un titre (je ne me souviens pas forcément de tous les titres qui sont dans ma bibliothèque).

 

Côté défis, j’ai opté pour les suivants :

  • Terminer des livres commencés (mais je ne prends que ceux que j’ai bien entamés, pas ceux dont je n’ai lu qu’un seul chapitre)
  • Lire au moins 5 livres
  • Lire au moins un livre de 600 pages

 

Pour ce dernier défi j’ai quelques doutes quant à sa réussite, mais on peut rêver 😀

 

Ma PAL

  • Outlander, Diana Gabaldon tome 1
  • La tresse, Laetitia Colombani
  • King Kong théorie, Despentes
  • Marche ou crève, Stephen King
  • Jack et le bureau des secrets, James R. Hannibal
  • Les sorcières du clan du nord, Irena Brignull

 

Marathon lecture, ma PAL, Chroniques littéraires

 

Seul le Despentes est un livre que je n’ai pas commencé. Mais comme vous le savez, on peut mélanger des livres non terminés et des livres terminés.

Je pense rajouter des BD. Mais je n’ai pas encore déterminé lesquelles.

Pour une fois, j’ai pris des livres que je veux vraiment terminer. Je me suis posé la question à chaque fois : aurai-je envie de le lire ? Bien souvent je prenais des livres un peu au hasard parce que je les avais commencés mais sans me poser la question du pourquoi je ne les avais pas terminés. Ceux-ci ont été mis de côté parce qu’un nouveau livre me tentait aussi et je me plongeais dans une autre histoire puis une autre…

On va tester comme ça  😀

Je ferai le suivi du RAT sur ce billet.

 

 

 

RAT a Week Spécial Rentrée, lecture, marathon lecture, chroniques littéraires