Un intérêt particulier pour les morts, Ann Granger

Un intérêt particulier pour les morts Ann Granger, Ann Granger, Un intérêt particulier pour les morts, Littérature anglaise, thriller, 10/18

 

4ème de couverture

« Londres, 1864. Lizzie Martin accepte un emploi auprès d’une riche veuve dont la précédente dame de compagnie s’est enfuie avec un inconnu. Mais quand le corps de la jeune fille est retrouvé dans le chantier de la gare St Pancras, Lizzie décide de mener sa propre enquête. Elle pourra compter sur l’aide d’un ami d’enfance devenu inspecteur, Benjamin Ross, pour découvrir la vérité sur la mort de cette femme… dont le sort semble étroitement lié au sien ».

 

L’histoire

Lizzie Martin, une jeune femme désargentée et issue de la province, est engagée par Mrs Parry, la veuve de son parrain en tant que dame de compagnie à Londres. La précédente dame de compagnie, Madeleine, s’est enfuie avec un homme. Rapidement, le corps de cette dernière est retrouvé et l’enquête commence, menée par Benjamin Ross. Lizzie est une jeune femme moderne pour son époque, vive et impétueuse. Elle n’hésite pas à mener l’enquête.

 

L’auteur

Ann Granger est un auteur de romans policiers et historiques très prolifique, avec plus de trente romans parus en Angleterre. Elle a rencontré un succès international avec sa série « Lizzie Martin », qui comporte déjà quatre volumes. Un intérêt particulier pour les morts est le premier opus de cette série à paraître en France.

 

Ce que j’en pense

Je suis toujours un brin méfiante lorsque je commence un livre « d’époque ». Le style peut parfois (souvent ?) être lourd, redondant et rendre le roman profondément ennuyeux. Un intérêt particulier pour les morts échappe à cette règle. Le style est résolument moderne dans l’écriture, il n’y a aucun temps mort, l’écriture est fluide, et pour autant, l’atmosphère surannée de cette époque est bien restituée.

Il est difficile de lâcher ce roman une fois commencé. L’enquête débute assez vite, les personnages sont bien décrits. Lizzie est une jeune femme de son temps, tournée vers l’avenir et déterminée à faire évoluer la place de la femme dans la société. Ce mélange de traditions et de modernisation est intéressant.

On retrouve toutefois cette douceur propre aux romans du genre. Cette atmosphère à la Jane Austen.

Lizzie veut que la vérité éclate au grand jour et que le meurtre de Madeleine soit élucidé. Son tempérament bien trempé, sa liberté d’expression en choquera plus d’un mais elle n’en aura que faire.

Ce roman est également intéressant sur le plan de l’écriture. L’auteur a choisi d’alterner les pensées de Lizzie et celles de Ross, ce qui rend le récit à deux voix particulièrement captivant.

De plus, Ann Granger ajoute une touche historique à son livre en intégrant pleinement les évolutions de l’époque : ainsi, le Londres en pleine construction, du chemin de fer notamment.

Si vous hésitez à vous lancer dans la lecture de romans d’époque, commencez par celui-ci, vous ne serez pas déçus  😀

 

Ce livre a été lu dans le cadre de la LC consacrée à Ann Granger ( Le mois anglais).

Ce livre participe aux Challenges

Challenge Nordique 2015

Le mois anglais

Plan Orsec pour PAL en danger 2015

Challenge Myself 2015

Reading Challenge 2015

Challenge Bristish Mysteries

ABC 2015 Thriller Policier

Catégorie PolicierChallenge Mélange des genres

Catégorie MortChallenge Petit Bac 2015

Challenge ABC Critiques 2014 - 2015 Babelio

Challenge Victorien

Challenge Thrillers et Polars

La déchéance de Mrs Robinson, de Kate Summerscale

La déchéance de Mrs Robinson, Kate Summerscale

4ème de couverture

« 1844, Isabella Walker épouse l’ingénieur Henry Robinson. 1850, elle s’éprend d’Edward Lane, jeune et brillant médecin, et relate cette passion fantasmée dans son journal intime. 1855, Henry dérobe ces écrits et l’accule au divorce, faisant de cette femme l’héroïne bafouée d’un procès scandaleux, qui excite les préjugés d’une société victorienne régie par les hommes. Un tableau saisissant de l’intenable condition féminine dans l’Angleterre corsetée du XIXème siècle ».

 

L’histoire

Isabella Robinson, épouse d’Henry Robinson, connaît un mariage malheureux. Son époux la trompe et la maltraite. Femme cultivée, curieuse, et passionnée, elle se laisse envahir par des élans du cœur envers des hommes de son entourage, notamment Edward Lane. Elle consignera tout dans son journal intime. Lorsque son mari découvrira ce journal, il demandera le divorce, alors récemment institué. C’est la déchéance d’une femme dans la société victorienne.

 

L’auteur

Kate Summerscale est née en 1965. Elle est l’auteur de « The Queen of Whale Quay » (Prix Somerset Maugham), et de « L’Affaire de Road Hill House » (Prix Samuel Johnson, et Galaxy British Award). Elle a été membre de jurys de nombreux prix littéraires, parmi lesquels le Booker Prize.

 

Ce que j’en pense

Le sous-titre de ce livre est « Journal intime d’une dame de l’époque victorienne ». C’est un roman surprenant. On s’attend à lire une histoire classique d’ennui conjugal, de tromperie et de procès « en direct ». Il n’en est rien. Kate Summerscale a pris le parti de raconter son histoire comme si un narrateur racontait les faits. On assiste au déroulement chronologique de sa vie, et de celle des différents protagonistes. Le tout est scindé en deux parties, elles-mêmes découpées en chapitres. La seconde partie est celle qui relate effectivement le procès en divorce.

Mais la singularité et l’intérêt de ce livre ne s’arrêtent pas là. L’auteur nous fait traverser une page de l’histoire britannique concernant, non seulement le divorce et la condition féminine, mais également l’évolution de la science, la littérature et l’impact des auteurs sur les consciences.

La situation des femmes au 19ème siècle n’était pas enviable. On leur prêtait toutes les folies et tous les dérèglements. Elles n’avaient aucune existence juridique, les hommes avaient tous pouvoirs sur elles, et la sexualité, au centre de nombre de préoccupations, était stigmatisée comme le Vice absolu.

Kate Summerscale, dans une écriture fluide, nous fournit un récit complet, dense et documenté sur les mœurs de l’époque, avec pour point central les débuts de la procédure de divorce, détachée de l’influence de l’Eglise.

Les tâtonnements juridiques, les ignominies faites aux femmes sont rigoureusement argumentés.

Je ne peux que vous conseiller ce livre.

 

Extraits et citations

« Son univers s’est détérioré. Plus de sorties avec Edward ni de dîners avec des romanciers et des philosophes ; rien que des tâches domestiques et la compagnie des enfants et du revêche Henry » (p.68).

« Elle s’accommode à contrecœur de la discrétion et de la réserve qu’on attend d’elle » (p.73).

 

Ce livre a été lu dans le cadre de Masse Critique, organisé par Babelio. Je remercie les Editions 10/18 pour l’envoi de cet exemplaire.

Masse critique, Babelio

Ce livre participe aux Challenges

Challenge Nordique

Challenge XIXème siècle

Reading Challenge 2014, Reading Challenge

Ma PAL fond au soleil 2ème édition

Challenge de l’été 2014

Challenge Voisins Voisines 2014

Plan Orsec pour PAL en danger, Challenge Plan Orsec pour PAL en danger

Objectif PAL, Challenge Obbjectif PAL

La plume au féminin

Challenge Justice 2, Yuko

Challenge Bristish Mysteries

Challenge le mélange des genres (autobiographie et témoignage)

Challenge Mélange des genres

Challenge Petit Bac 2014 (Sphère familiale)

Challenge Petit BAC 2014

Challenge Histoire