Sherlock Holmes Society, Tome 1 L’Affaire Keelodge, Codurié & Bervais

Sherlock Holmes Society Tome 1 L'Affaire Keelodge

 

4ème de couverture

« De 1891 à 1894, Sherlock Holmes s’est fait passer pour mort. Peu de personnes savaient qu’il avait survécu à son affrontement avec James Moriarty aux chutes de Reichenbach. Pas même le docteur Watson. Puis, après bien des épreuves, Holmes a mis fin à cette duperie et repris son activité de détective conseil.

Il travaille aux côtés de Scotland Yard pour arrêter un copycat de Jack l’Eventreur quand son frère Mycroft vient solliciter son aide. Keelodge, un village de la côte nord-irlandaise, fait l’objet d’une contamination ravageuse. Mycroft a besoin de lui sur le terrain car ce drame découle vraisemblablement d’un acte criminel.

Commence alors l’enquête la plus sombre que Sherlock Holmes ait connue ».

 

L’histoire

Cette nouvelle enquête, très sombre, mène Sherlock Holmes à la découverte d’un village dévasté par une épidémie étrange, transformant ses habitants en de véritables zombies…

 

Les auteurs

Sylvain Cordurié est né en 1968. Cet inconditionnel de comics entre aux Beaux-arts d’Angers pour intégrer le milieu du jeu de rôle. Par l’intermédiaire de sa femme Sandrine, Sylvain Cordurié rencontre Stéphane Créty. Ils créent alors tous les trois leur première série (Delcourt). La même équipe poursuit avec Acriboréa. Puis Jean-Luc Istin lui propose d’intégrer la collection Soleil Celtic et 1800, pour laquelle il écrit trois mini-séries de Sherlock Holmes et une nouvelle sage d’heroic fantasy, Ravermoon.

Stéphane Bervas est né en 1971. Après des études littéraires à Brest, il quitte les bancs de la faculté pour devenir infographiste dans le secteur du jeu vidéo. Il y travaillera durant près de 15 ans. En 2012, il se reconvertit dans la bande dessinée en signant 2021, un diptyque d’anticipation sur le scénario de Betbeder (Editions Soleil).

 

Ce que j’en pense

Sherlock Holmes confronté à des zombies ? Après Sherlock Holmes et les Vampires de Londres tome 1 et tome 2, cette alliance du classique avec la science-fiction avait tout pour m’intriguer. C’est donc avec curiosité que je me suis plongée dans cette nouvelle aventure du détective.

La chose est aisée il faut dire. Le graphisme est toujours aussi bien adapté dans cette collection 1800. Les couleurs, le coup de crayon rendent bien l’atmosphère étrange et policière du 19ème siècle.

Et l’histoire me direz-vous ? Est-ce que Sherlock Holmes confronté à des zombies c’est crédible ? L’histoire est-elle bien construite ? Si le mélange des deux a de quoi surprendre, on est quand même happé par cette histoire. Le suspense nous fait tourner les pages, parce que, mine de rien, on a bien envie de savoir comment Sherlock va résoudre cette mystérieuse affaire. Et on reste sur notre faim parce que la suite est dans le prochain volume (qui m’attend bien sagement dans ma bibliothèque).

Cette BD ravira les amateurs de Sherlock Holmes et de zombies. Le mélange de deux univers qu’on n’attendait pas mais qui est réussi.

 

Je remercie les Editions Soleil pour l’envoi de cette BD

 

Cette BD participe aux Challenges

Challenge BD 2ème édition

Challenge Halloween 2015

Reading Challenge 2015

Plan Orsec pour PAL en danger 2015

Le Horla, de Guillaume Sorel, d’après l’œuvre de Guy de Maupassant

Le Horla Maupassant, Le Horla, Maupassant, BD

Cette version du Horla est une version BD. Pour la version roman, c’est ici !  🙂

 

4ème de couverture

« Je ne suis pas fou…

Quelque chose habite ici…avec moi.

Elle peut toucher les gens…

« Il » se nourrit d’eau et de lait…

Mais je ne peux pas la voir…

 

Je suis possédé !

Quelqu’un possède mon âme ! ».

 

 

L’histoire

Le narrateur mène une vie tranquille dans sa maison au bord de la Seine, lorsque d’étranges phénomènes commencent à se produire. C’est la carafe d’eau sur sa table de nuit qui est bue, des objets qui disparaissent ou se brisent, une fleur cueillie par une main invisible… Peu à peu, le narrateur acquiert la certitude qu’un être surnaturel et immatériel vit chez lui, se nourrit de ses provisions. Pire encore, cet être, qu’il baptise le Horla, a tout pouvoir sur lui, un pouvoir grandissant… Du Horla ou de l’homme, l’un des deux doit périr.Le Horla comme les contes fantastiques écrits par Maupassant à la fin de sa vie, alors qu’il sombrait dans la folie, joue délicieusement avec nos nerfs en traitant de thèmes très actuels comme l’angoisse, la hantise du suicide, la peur de l’invisible.

 

 

L’auteur

Guillaume Sorel est notamment l’auteur de « L’île des morts » et des « Derniers jours de Stefan Zweig ».

 

 

Ce que j’en pense

C’est une adaptation fidèle du roman de Maupassant. Le graphisme est très réussi, autant les couleurs que le trait de crayon se prêtent à l’atmosphère du 19ème siècle. Les paysages sont moins acérés que les personnages, cela marque avec habileté les voyages et les sorties du narrateur.

Un bémol, il faut avoir lu le livre avant pour saisir toutes les subtilités de l’histoire. On peut comprendre l’essentiel, si on y prête beaucoup d’attention. Mais cela ne suffit pas.

En effet, le fond de l’histoire, ce monstre tapis qui souhaite la mort du narrateur, est la matérialisation de l’anxiété et de l’agoraphobie dont souffre celui-ci. Les attaques de panique dont il est la proie à l’extérieur de son domicile, dans les bois notamment, sont assez bien retranscris sous le crayon de Guillaume Sorel, mais il reste compliqué de comprendre que cette représentation est davantage qu’un décor ou un simple vertige. Dans le roman, le ressenti du personnage est extrêmement bien décrit. C’est le défaut des BD, comme des films d’ailleurs, tirés d’un roman dont l’aspect psychologique ainsi que les pensées du personnage sont une partie essentielle de l’histoire, pour ne pas dire un personnage à part entière.

On passe toutefois un bon moment. Le monstre fait bien son travail de monstre, il est monstrueux. Autre bémol : le monstre apparaît d’un coup à chaque fois. La tension ne monte pas comme à la lecture du roman.

Globalement, l’idée de reprendre l’œuvre de Maupassant était une excellente. Cela permet de faire connaître un classique ou du moins de familiariser un public peu enclin vers ce style de roman.

 

En résumé :

Points positifs :

  • Une retranscription fidèle du roman ;
  • Un graphisme réussi ;
  • Permet de faire connaître aux plus jeunes ou moins férus de romans un classique de la littérature.

 

Points négatifs :

  • Les pensées du narrateur ne sont pas assez bien retranscrites ;
  • Une montée en tension inexistante.

 

 

Cette BD participe aux Challenges

Challenge Bd, Challenge BD

Challenge Halloween, Challenge Halloween 2014, Halloween

Challenge Halloween, Challenge Halloween 2014

La BD fait son marathon à bord du Vaisseau Fantôme, Marathon lecture, Halloween

La BD du mercredi

Challenge XIXème siècle

Plan Orsec pour PAL en danger, Challenge Plan Orsec pour PAL en danger

Reading Challenge 2014, Reading Challenge

Le mélange des genres catégorie BD

Challenge Mélange des genres

Challenge 1 mois 1plume

Challenge Classique 2014