La Princesse des glaces, Camilla Läckberg

La Princesse des glaces, Camilla Läckberg, Challenge Un hiver en Suède

 

4ème de couverture

« Erica Falck, trentenaire installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise où elle écrit des biographies, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête, Erica est vite convaincue qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres -, l’inspecteur Patrick Hedström, amoureux transi, la rejoint.

Stimulée par cette flamme naissante, Erica se lance à la conquête de la vérité et met au jour, dans la petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître, des secrets détestables. Bientôt, on retrouve le corps d’un peintre clochard – encore une mise en scène de suicide…

La Princesse des glaces signe l’entrée spectaculaire sur la scène du polar international d’Erica Falck, enquêtrice au foyer dont les aventures mêlent le frisson du suspense à l’humour et l’émotion de la comédie de mœurs. Ce premier opus très remarqué a reçu le grand prix de Littérature policière 2008 et le prix Polar international 2008 ».

 

L’histoire

Le corps sans vie d’une jeune femme est retrouvé dans la  petite ville bien tranquille de Fjällbacka. A première vue, il s’agit d’un suicide. La victime se serait ouvert les veines dans sa baignoire. Erica Falck, amie d’enfance de la victime, se trouve malgré elle embarquée dans l’enquête. Elle ne croit pas à la thèse du suicide. Au fil de son enquête, bientôt aidée par l’inspecteur Patrick Hedström, des secrets tragiques vont être déterrés.

En parallèle de l’enquête policière, c’est une comédie de mœurs (et de familles) qui se joue.

 

L’auteur

Camilla Läckberg est auteur de romans policiers. Elle a notamment écrit la série mettant en scène les personnages d’Erica Falck et Patrick Hedström, « La Princesse des glaces », « Le Prédicateur », « Le Tailleur de pierres »… Ou encore « Cyanure ».

Ses romans se situent tous près de son lieu de naissance, la petite ville côtière de Fjällbacka.

 

Ce que j’en pense

Camilla Läckberg a un talent de conteuse indéniable. On est très vite happé par l’histoire, et en dépit de ses 509 pages, « La Princesse des glaces » se lit rapidement. Les évènements s’enchaînent d’une manière habile, les rebondissements sont nombreux mais crédibles. Exercice d’ordinaire périlleux dans ce genre de roman.

« La Princesse des glaces » n’est pas seulement un roman policier, c’est aussi une comédie de mœurs, l’analyse de la vie dans une petite ville où les apparences et le qu’en dira-t-on mènent la danse. Cela sert efficacement l’intrigue.

L’auteur a choisi de nous faire partager la vie de son héroïne, dans ses aspects familiaux et sentimentaux. Il faut certes apprécier les passages « romantiques », mêler roman à l’eau de rose à un roman de crimes n’est pas chose facile. Tout n’est d’ailleurs pas parfait, j’ai trouvé quelques passages un peu sirupeux voire irréalistes mais cela reste très personnel.

Autre aspect de ce roman, Camilla Läckberg commence par présenter Erica Falck comme celle qui va mener l’enquête et résoudre l’affaire. On imagine une sorte de Jessica Fletcher (série télé Arabesque) qui d’écrivain tranquille à la maison va affronter des situations dangereuses et périlleuses. Il n’en est rien. A l’exception d’une scène au début du roman, l’intrépidité de l’héroïne s’essouffle vite. Patrick Hedström entre en jeu et devient alors l’enquêteur principal. Sur ce point je suis partagée. D’un côté, je trouve habile d’intégrer un second enquêteur de cette manière, et de former un duo de choc, même en alternance, de l’autre, lorsqu’on se rend compte qu’ils enquêtent séparément, et la tournure que prend leur relation donne à penser que le personnage d’Erica Falck avait déjà donné toutes ses possibilités.

Cela reste un excellent roman policier que je vous invite à découvrir si ce n’est pas déjà fait.

 

Ce roman a reçu les Prix suivants :

Grand Prix de Littérature policière 2008

Prix Polar international 2008

 

Ce roman participe aux Challenges :

Challenge Un hiver en Suède
Le mois suédois, Un hiver en Suède, Challenge le mois suédois, Challenge Un hiver en Suède

Challenge Thrillers et Polars de Liliba
Challenge Thrillers et Polars, Liliba

Challenge Voisins Voisines 2014 de A propos de livres
Challenge Voisins Voisines 2014

Challenge Myself 2014 de Romanza
Challenge Myself, Challenge Myself 2014

Challenge Plan Orsec 2014 PAL en danger de Miss Bouquinaix et George
Plan Orsec pour PAL en danger, Challenge Plan Orsec pour PAL en danger

Challenge Objectif PAL d’Antigone
Objectif PAL, Challenge Obbjectif PAL

Reading Challenge
Reading Challenge 2014, Reading Challenge

Challenge ABC Critiques de Babelio
Challenge ABC Critiques 2013-2014 Babelio, Challenge ABC Critiques 2013-2014

Challenge Justice II de Yuko
Challenge Justice 2, Yuko

Challenge Lire sous la contrainte 12ème session de Philippe     
Challenge, Lire sous la contrainte, Amélie Nothomb, Philippe, Laure, D'un livre à l'autre, Ma danse du monde

Challenge Royal de Liliba
Challenge royal, Liliba

Cyanure, de Camilla Läckberg

Cyanure, Camilla Läckberg, Littérature suédoise, Challenge Thrillers et polars, Challenge le crime n’a pas de frontière, Delph, Liliba

 

4ème de couverture :

« Quelques jours avant Noël, Martin Molin, le collègue de Patrick Hedström, accompagne sa petite amie Lisette à une réunion de famille sur une île au large de Fjällbacka. Mais au cours du premier repas, le grand-père, un richissime magnat de l’industrie, leur annonce une terrible nouvelle avant de s’effondrer, terrassé. Dans son verre, Martin décèle une odeur faible mais distincte d’amande amère. Une odeur de meurtre. Une tempête de neige fait rage, l’île est isolée du monde et Martin décide de mener l’enquête. Commence alors un patient interrogatoire que va soudain troubler un nouveau coup de théâtre…

Offrant une pause à son héroïne Erica Falck, Camilla Läckberg livre un polar familial délicieusement empoisonné ».

 

Ce que j’en pense :

L’atmosphère de ce roman m’a fait penser à un Agatha Christie. Le huis-clos, la tempête, un meurtre commis et l’assassin dans la place. Il n’y a aucune vulgarité, l’écriture est fluide. J’ai beaucoup aimé. Mais cette simplicité m’a fait me poser la question suivante : l’auteur est-elle talentueuse ou a-t-elle eu du mal à tenir sur la longueur ? En effet, on sent quelques redondances. J’ai trouvé cela quelque peu maladroit.

On ne s’attend pas au dénouement. C’est une bonne chose dans un thriller. A quelques pages de la fin on se pose encore des questions, on envisage plusieurs hypothèses.

C’est un roman que je vous recommande si vous souhaitez mener l’enquête sans avoir les cheveux qui se dressent sur la tête, et que vous aimez les histoires de famille finalement assez cocasses. La galerie des personnages est savoureuse.

Bonne lecture…

 

Ce roman participe aux Challenges :

 

  • Polars et Thrillers de Liliba

 

Challenge thrillers et polars, Liliba

 

  • Le crime n’a pas de frontières de Delph

 

Challenge Le crime n'a pas de frontières, Mes petites idées