La fréquentation des à-pics, de Catherine Charrier

Masse critique Babelio, Babelio, La fréquentation des à-pics, Catherine Charrier, Kero, Les Editions Kero, Femmes

 

Avant-propos

Je tiens avant tout à remercier le site Babelio, qui m’a permis de découvrir ce bien joli roman grâce à l’opération Masse Critique. Je tiens aussi à remercier les Editions Kero, et tout particulièrement Caroline RASMONT, qui m’a fait parvenir un exemplaire, ainsi que pour son gentil petit mot personnalisé.

 

4ème de couverture

« Ces histoires, c’est notre histoire, celle d’une femme sui chemine au bord du précipice. Filles, mères, maîtresses, ou simples passantes, les héroïnes de Catherine Charrier se retrouvent confrontées à une situation presque banale et pourtant déterminante. Moment de bascule que toute femme est amenée à connaître. Un regard croisé à travers la vitre d’un bus, un deuil, un ourlet mal repassé peuvent devenir cet à-pic, provoquer ce vertige, à partir duquel on sait que plus rien de sera jamais pareil ».

 

L’histoire

Les femmes de ce roman, construit en plusieurs chapitres de longueur variable, sont toutes confrontées à un évènement, une situation qui va marquer un cap dans leur vie. Du plus anodin au plus dramatique, ces évènements vont marquer leur vie à jamais, et les façonner en tant que femmes.

 

L’auteur

Catherine Charrier est née à Alençon dans les années soixante. Ancienne élève de l’École du Louvre et diplômée d’HEC, elle vit et travaille à Paris dans la publicité. Elle est impliquée sur de nombreux sujets ayant trait à la cause des femmes. Son premier roman, « L’Attente », a été publié en 2012 aux éditions Kero.

 

Ce que j’en pense

C’est un livre très bien écrit. Les courts chapitres permettent de savoir l’essentiel, ou plus, sur les différentes héroïnes. L’auteur sait captiver le lecteur. J’ai tourné avidement les pages afin de découvrir quel était cet à-pic, savoir comment il allait impacter la femme concernée.

C’est un livre qui transmet de l’émotion, toutes les femmes s’y reconnaîtront. Catherine Charrier a décrit avec beaucoup de pertinence le ressenti des femmes.

C’est un livre bouleversant. Il décrit avec justesse cette ligne invisible tracée entre l’avant et l’après. Il est rempli de leçons de vie, où chaque femme part à la découverte d’elle-même. Ce petit évènement qui fait que plus rien ne sera jamais comme avant.

C’est un livre sur la naissance de Femmes…

Je vous le recommande.

 

Extraits et citations

« Ils se dirent adieu à l’entrée de la base, à l’endroit où la porte de la traction avait claqué. Elle n’arrivait pas à pleurer, elle le regardait avec le même bonheur qu’au premier jour, il ne lui avait inspiré que cela » (p.31).

« Et elle n’était pas fille à subir, née trop libre. Elle n’avait jamais pu se résigner à l’élever quand même » (p.43).

« Elle avait dû franchir une limite, à un moment. Cela avait été un glissement » (p.65).

« Pourquoi cet acte si simple, si gentil, comme a dit la maîtresse, se heurte-t-il à tant d’obstacles ? Elle devine sa propre naïveté, et que sa volonté, même forte, ne pèsera pas lourd dans ce monde compliqué et imprévisible qui s’est dessiné sous ses yeux ce soir » (p.129).4

 

Bonne soirée…

 

Ce livre participe à l’opération Masse critique de Babelio
Masse critique, Babelio

Ce livre participe au Challenge Destins de Femmes de Tête de litote
Challenge destins de femmes, Tête de litote

Cranford, d’Elizabeth Gaskell

Cranford, Elizabeth Gaskell, Cranford d'Elizabeth Gaskell, Littérature anglaise, Le mois anglais, Le mois anglais is back

 

4ème de couverture

« Mesdames, avez-vous vu ? Un gentleman s’est installé avec ses deux filles à Cranford, un certain capitaine Brown. Il aurait clamé haut et fort l’état médiocre de ses finances ! On lui doit cet abominable chemin de fer qui vient de la bourgade voisine. Accompagnez-moi à l’heure du thé : allons lui rendre une visite de courtoisie pour lui montrer comment les choses se passent chez nous, à Cranford ».

 

L’histoire

« Cranford » est la chronique savoureuse d’une petite ville du nord de l’Angleterre, sous la forme d’une série de tableaux et vignettes mettant en scène les personnages pittoresques de la petite ville inspirée de Knutsford où Elizabeth Gaskell avait résidé.

 

L’auteur

Elizabeth Gaskell (1810 – 1865) est une romancière britannique qui a occupé une place importante sur la scène littéraire victorienne. Fille et femme de pasteur, elle évoque la vie provinciale qu’elle connaît bien. Elle est également l’auteur de « Nord et Sud » et « Les confessions de Mr Harrison ».

 

Ce que j’en pense

Dans le petit village de Cranford, les dames de la bonne société mènent la danse, que les choses soient claires. Les convenances sont très importantes et forment, avec l’amitié, le socle de cette société féminine.

La narratrice n’habite pas Cranford. Elle y séjourne régulièrement chez des amies, et se tient au courant de tout ce qui s’y passe. Chaque chapitre raconte une de ces histoires, et nous plongeons avec délice dans les petites ou grandes affaires de cette sémillante société. On y est à cheval sur les principes et les convenances. Les ragots s’y colportent plus vite que la lumière et il est difficile de ne pas savoir ce qui se passe chez le voisin, encore moins de garder quelque chose secret.

Mais ce n’est pas un monde de cancans. Les liens qui unissent les protagonistes sont forts, on y trouve une grande entraide. Les difficultés des uns et des autres sont traitées avec beaucoup de compassion.

J’ajouterai que ce livre est doté d’un certain optimiste (on dirait aujourd’hui que ces dames pratiquent la pensée positive), et de prémisses de féminisme (les hommes ne sont pas les plus indispensables pour ces dames  😉  ).

L’atmosphère est feutrée, on s’y sent comme dans un petit salon, une tasse de thé et des gâteaux à la main.

« Cranford » est un petit bijou de littérature anglaise ! Je vous le recommande.

 

Extraits et citation

« Disons, pour commencer, que Cranford est aux mains des Amazones ; au-dessus d’un certain loyer, ses demeures ne sont occupées que par des femmes. Si jamais un couple marié vient s’installer en ville, d’une manière ou d’une autre, le monsieur disparaît ; tantôt il finit par mourir tout simplement de peur, à l’idée d’être le seul homme à fréquenter les soirées de l’endroit ; tantôt il a une bonne raison d’être absent, puisqu’il se trouve qui avec son régiment, qui sur son navire, qui tout à fait accaparé par ses affaires d’un bout à l’autre de la semaine, dans ce haut lieu du commerce qu’est Drumble, la métropole voisine, distante de vingt miles seulement par le chemin de fer. Bref, les messieurs, quel que soit leur sort, sont absents de Cranford. D’ailleurs, que feraient-ils, s’ils vivaient là ? » (p.7).

« Comme me l’a fait remarquer l’une d’entre elles : « Il faut bien dire qu’un homme vous encombre fâcheusement une maison ! » Tout en connaissant par cœur chacune des petites manies de leurs amies, les dames de Cranford se soucient comme d’une guigne de leurs opinions. D’ailleurs, comme elles possèdent toutes une individualité, pour ne pas dire une excentricité, marquée, il n’est rien d’aussi aisé que d’exercer des représailles verbales ; mais, sans qu’on sache trop comment, la bonne amitié règne parmi elles au plus degré » (p.8).

« Leur habillement n’est pas assujetti à la mode ; comme elles le disent elles-mêmes : « Qui se soucie de ce que nous portons, ici, à Cranford, où tout le monde nous connaît ? » Et si d’aventure, elles partent en voyage, leur raisonnement est tout aussi solide : «  Qui se soucie de ce que nous portons, ici, où personne ne nous connaît ? » (p.8).

« Par un accord tacite, nous étions convenues de ne jamais savoir ce que le manque d’argent pouvait interdire à certaines des dames que nous fréquentions de faire tout ce dont elles avaient envie. Quand nous étions conviées à une soirée, si nous y allions et en revenions à pied, c’était parce que le temps était vraiment superbe, ou la fraîcheur de l’air tout à fait revigorante, et non pas parce que les chaises à porteurs coûtaient cher. Si nous arborions, l’été, des cotonnades imprimées plutôt que de la soie, c’était parce que nous préférions pouvoir faire laver nos robes ; et ainsi de suite, refusant de voir la vulgaire réalité qui était que nos moyens à toutes étaient des plus modestes. Cela étant, nous ne pouvions,  bien sûr, comprendre un homme capable de parler de sa pauvreté sans paraître en avoir honte » (p.13).

« Par le passé, nous nous étions souvent réjouies de n’avoir parmi nous, lors de nos parties de cartes, aucun monsieur dont il fallut s’occuper et à qui il convînt de faire la conversation. Nous nous étions félicitées du caractère douillet de nos réunions ; et, entre notre amour des belles manières et notre peu de goût pour l’espèce humaine, nous avions presque fini par nous persuader qu’un homme était nécessairement « vulgaires » (p.18).

 

La Presse en parle

« Cranford est une œuvre extrêmement brillante ». The Guardian

 

Bonne soirée…

 

Ce livre participe aux à la lecture commune du mois anglais avec Rachel.

Ce livre participe aux Challenges :

 

    • Le mois anglais is back ! de Titine et Lou

3159037476.3

Challenge destins de femmes, Tête de litote

Lire en thème avec Hylyirio

    • Challenge de l’été – 3 mois pour faire fondre votre PAL de Métaphore

•	Challenge de l’été 3 mois pour faire fondre votre PAL de Métaphore, Métaphore