L’île du crâne, Anthony Horowitz

L'île du crâne Anthony Horowitz, L'île du crâne, Anthony Horowitz, Le Livre de Poche Jeunesse, Halloween, Sorciers, Littérature Jeunesse, Littérature Fantastique, Fantastique, horreur

 

4ème de couverture

« David Eliot vient d’être renvoyé du collège et cette fois-ci, ses parents ont décidé de sévir ! Il se retrouve alors dans une école bien étrange, sur la sinistre île du crâne, au large de l’Angleterre. Très vite, il soupçonne le pire. Mais il est encore loin de la vérité… ».

 

L’histoire

David Eliot vient de se faire renvoyer du collège. Ses parents, un couple assez bizarre (ils manquent s’assassiner toutes les deux minutes !) sont catastrophés. Comment vont-ils faire ? C’est alors qu’ils reçoivent une lettre de Groosham Grange, un collège se vantant de pouvoir dresser leur fils. Cette proposition tombant à point nommé pour M. et Mme Eliot, David se retrouve bientôt sur le quai de la gare, avec deux nouveaux futurs camarades, eux aussi nouvelles recrues du mystérieux collège…

 

L’auteur

Anthony Horowitz a écrit de nombreux romans jeunesse, dans le genre policier comme dans le genre fantastique et d’horreur. Il est notamment connu pour les aventures d’Alex Rider.

 

Ce que j’en pense

L’idée de départ est bonne, une école mystérieuse et inquiétante, un lieu sinistre et isolé. Le décor parfait pour les amateurs de frissons.

Pourtant, mon avis est assez mitigé. Certes, les aventures qui arrivent aux trois amis sont dignes du genre fantastique. L’atmosphère sinistre nous poursuit tout au long du roman, cela en devient même oppressant tellement l’ambiance est angoissante et effrayante. Les personnages sont assez bien définis, et le style de l’auteur est fluide. Les pages se tournent vite, très vite tellement une part du livre nous tient en haleine. Parce qu’on a envie de savoir la suite, le suspense est fort, l’adrénaline monte souvent.

Pour ça c’est très réussi. Mais ce qui m’a laissé cet avis mitigé, c’est que j’ai lu Harry Potter. Et je n’ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle. Deux écoles de sorciers, des amis, des ennemis, des créatures… La tentation était grande. « L’île du crâne » est un roman noir, l’aspect lugubre des lieux est très bien amené sous la plume d’Anthony Horowitz. Peu de similitude en cela avec la série des Harry Potter, Poudlard étant un endroit chaleureux (la plupart du temps 😉 ). Ce qui m’a ennuyée, c’est que le monde de J.K. Rowling est beaucoup plus étoffé, plus construit, c’est un véritable univers qu’elle nous a offert dans sa saga Harry Potter. Il est difficile de « passer » après son chef-d’œuvre. L’île du crâne manque de cette densité. On en vient à penser que quelque chose manque, que l’ensemble a été survolé, comme si on avait le résumé détaillé, mais pas le roman abouti.

C’est toutefois un livre à découvrir. La noirceur est présente. Parfait en cela pour un mois d’Halloween.

 

 

Ce roman participe aux Challenges

Challenge Nordique

Challenge Halloween, Challenge Halloween 2014, Halloween

Plan Orsec pour PAL en danger, Challenge Plan Orsec pour PAL en danger

Reading Challenge 2014, Reading Challenge

Challenge Voisins Voisines 2014

Le mélange des genres catégorie Roman jeunesse

Challenge Mélange des genres

Publicités

La photo qui tue, Neuf histoires à vous glacer le sang, Anthony Horowitz

La photo qui tue, Anthony Horowitz, La photo qui tue Anthony Horowitz, Le Livre de Poche Jeunesse, Littérature Anglaise, Littérature Fantastique, Littérature Jeunesse, Fantastique, Horreur, Halloween

 

4ème de couverture

« Un appareil photo d’occasion bien embarrassant, une antique baignoire en fonte d’où s’écoule du sang, un bus de nuit sans passager, un ordinateur démodé qui affiche des messages inquiétants, un souvenir rapporté de vacances… Neuf histoires à glacer le sang, où la réalité la plus anodine glisse inexorablement vers le cauchemar ».

 

L’histoire

Neuf histoires où des objets apparemment anodins deviennent diaboliques, où des situations classiques se transforment en situations cauchemardesques… Prêts à être terrifiés ?

 

L’auteur

Né en 1956 en Angleterre, Anthony Horowitz a écrit de nombreux romans jeunesse, dans le genre policier comme dans le genre fantastique et d’horreur. Il est notamment connu pour les aventures d’Alex Rider.

 

Ce que j’en pense

Ces neuf nouvelles sont plus terrifiantes les unes que les autres !

C’est avec un art consommé que l’auteur nous entraîne dans des histoires dignes des plus grands films d’horreur. Notre intérêt est captivé dès les premières lignes. Comment imaginer qu’un simple appareil photo ou une baignoire puissent faire trembler ? L’intrigue est subtilement amenée, la tension monte, on ne peut pas lâcher l’histoire avant la fin, on se surprend à sursauter et à frissonner. Et puis, surtout… on ne regarde plus ni son appareil photo, ni la baignoire de la même façon !

Ces neuf nouvelles m’ont apporté ce que j’attends d’histoires d’horreur. Trop souvent, les auteurs usent des mêmes ficelles : gore, sexe, violence… Comme si ces genres étaient obligatoirement et exclusivement LE moyen d’aborder la catégorie Horreur / Fantastique. Anthony Horowitz, quant à lui, a opté pour des histoires partant de situations apparemment anodines et quotidiennes, qui pourraient finalement nous arriver à tous. C’est cela qui est intéressant. Le suspense et la peur sont distillés pages après pages. Même lorsque le sujet de départ n’est pas l’un de nos favoris (pour moi l’univers des jeux vidéo par exemple), le sujet est si bien maîtrisé et le texte est si bien écrit qu’on est embarqué avec les héros dans leurs aventures cauchemardesques.

Si vous êtes férus d’histoires fantastiques, de fantômes, de malédictions et de hantise, alors ce livre est pour vous !

La littérature jeunesse, avec ce recueil de nouvelles, confirme sa qualité dans le genre fantastique.

 

Extraits et citations

« – Tout est différent à la campagne, affirmait la grand-mère de Gary. Tu vis au rythme des saisons. Tu ne te sens pas bousculé par le temps qui passe. Tu peux imaginer ce qu’était la vie avant que l’homme gâte tout avec son tintamarre et ses machines. A la campagne, tu peux encore sentir la magie des choses. Le pouvoir de Mère Nature. Il est tout autour de toi. Vivant. En attente… » ( page 144).

 

 

Ce livre participe aux Challenges

Challenge Nordique

Challenge Halloween, Challenge Halloween 2014, Halloween

Challenge un mois une plume

Plan Orsec pour PAL en danger, Challenge Plan Orsec pour PAL en danger

Le Petit Bac 2014 catégorie Objet

Challenge Petit BAC 2014

Reading Challenge 2014, Reading Challenge

Challenge Mélange des genres

Challenge Voisins Voisines 2014