Le chuchoteur, Donato Carrisi

Le chuchoteur Donato Carrisi, Le chuchoteur, Donato Carrisi, Le livre de Poche, Littérature italienne, Thriller

 

4ème de couverture

« Cinq petites filles ont disparu. Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche. Depuis le début de l’enquête, le criminologue Goran Gavila et son équipe ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre les oriente vers un assassin différent. Lorsqu’ils découvrent un sixième bras, appartenant à une victime inconnue, ils appellent en renfort Mila Vasquez, experte en affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire…

Un époustouflant thriller littéraire, inspiré de faits réels ».

 

L’histoire

Mila, spécialiste en enlèvement d’enfants, est appelée en renfort pour une sombre affaire de disparition de cinq petites filles. Six petits bras ont été retrouvés enterrés, et l’équipe chargée de l’affaire, avec en son sein le criminologue Goran Gavila, tentent de déterminer au plus vite l’identité du tueur. Mais ils sont entraînés sur de nombreuses fausses pistes et le temps leur est compté…

 

L’auteur

Donato Carrisi est l’auteur d’une thèse sur Luigi Chiatti, le « Monstre de Foligno », un tueur en série italien. Juriste de formation, spécialisé en criminologie et en sciences du comportement, il délaisse la pratique du droit pour se tourner vers l’écriture de scénarios. « Le chuchoteur », son premier roman, est un best-seller international et a remporté de nombreux prix littéraires, dont le Prix SNCF du polar européen et le Prix des Lecteurs du Livre de Poche en 2011.

 

Ce que j’en pense

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : « Le chuchoteur » est un très bon thriller ! Les personnages sont bien construits, on apprend de leur histoire et sur leur personnalité au fil du roman, ils sont attachants, avec leurs fêlures et leurs drames.

Le suspense est habilement distillé, Donato Carrisi érige une intrigue soigneusement construite. Les rebondissements sont nombreux, les personnages embarqués dans des fausses pistes et des révélations. Mais cela reste plausible. Il n’y a pas d’exagération.

J’ai apprécié l’aspect psychologique. Tout est fouillé, les pièces s’imbriquent parfaitement, et on assiste, tel un enquêteur supplémentaire, à l’élaboration du raisonnement qui va permettre d’attraper, on le souhaite, le meurtrier.

Les meurtres sont violents, mais le récit n’est pas pour autant gore. Il y a naturellement quelques scènes et précisions dures, mais pas plus que nécessaire.

Je recommande donc ce roman.

 

 

Ce roman participe à la LC avec Liliba, Alexielle et Hérisson

Ce roman participe aux Challenges

Challenge Thrillers et Polars

Challenge Voisins Voisines 2014

Reading Challenge 2014, Reading Challenge

Plan Orsec pour PAL en danger, Challenge Plan Orsec pour PAL en danger

Challenge Myself, Challenge Myself 2014

Challenge Un pavé par mois

Challenge un mois une plume

 

Le K – Dino BUZZATI

Le K, Dino Buzzati, Lecture commune, Challenge romans cultes

Résumé 4ème de couverture :

« Lorsque le vieux Stefano rencontre enfin le K, le squale qui doit le dévorer, il découvre que le monstre l’a poursuivi sur toutes les mers du monde, non pour l’avaler mais pour lui remettre la perle merveilleuse « qui donne à celui qui la possède fortune, puissance, amour et paix de l’âme ».

Devenu, avec Le désert des Tartares, un classique du XXè siècle, ce récit ouvre un recueil de 50 contes fantastiques où l’on retrouve tous les thèmes poignants et familiers de Dino Buzzati : la fuite des jours, la fatalité de notre condition de mortels, l’angoisse du néant, l’échec de toute vie, le mystère de la souffrance et du mal.

Autant d’histoires merveilleuses, tristes ou inquiétantes pour traduire la réalité vécue de ce qui est par nature incommunicable ».

Ce que j’en pense :

J’ai un avis mitigé sur ce livre. J’ai trouvé les thèmes abordés pour la plupart très bien traités, l’écriture est fluide (c’est quelque chose d’essentiel pour moi), les courts chapitres se lisent vite. Il y a beaucoup de lucidité et de vérité dans ce qui est décrit.

Certaines nouvelles m’ont plus touchée que d’autres. Notamment « Le K », « Chasseur de vieux ». D’autres m’ont interpellée « Pauvre petit garçon ». Enfin, certaines sont un peu trop « irréalistes » pour moi « L’œuf » (je fais allusion ici à la disproportion de la réaction de la mère, bien que je comprenne le côté « la goutte d’eau qui fait déborder le vase »).

Chacun pourra trouver un conte qui fasse écho à quelque chose de personnel.

Ce que j’ai moins aimé, c’est le sentiment d’angoisse et de cafard que ce livre m’a laissé par moments. Si vous n’avez pas le moral optez pour un autre roman.

Je conseillerai toutefois de lire cet ouvrage petit à petit, un conte par-ci, un conte par-là. Il y a beaucoup de morale et beaucoup de sagesse dans ces courts récits.

Cette lecture fait partie d’une lecture commune avec  Valentyne, Eeguab, Asphodèle et Laure, ainsi que du Challenge romans cultes de Métaphore.

Bonne soirée…

Lectures communes de Laure, Lecture commune

Challenge romans cultes, Métaphore

Lectures communes d'Asphodèle, Asphodèle, Lectures communes