Le jardin de l’aveugle, de Nadeem Aslam

Le jardin de l’aveugle de Nadeem Aslam, Le jardin de l’aveugle, Nadeem Aslam, Libfly, le Furet du Nord et les Editions du Seuil, Opération  On vous lit tout, Littérature anglaise
Avant-propos

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération « On vous lit tout », organisée par Libfly et le Furet du Nord.

Je remercie Libfly, le Furet du Nord et les Editions du Seuil.

 

4ème de couverture

« Dans les mois qui suivent les attentats du 11 septembre, deux jeunes gens, Jeo et son frère adoptif Mikal, l’un étudiant en médecine, l’autre rompu au maniement des armes, quittent leur bourgade du Nord pakistanais et se rendent clandestinement en Afghanistan pour porter secours à leurs frères musulmans. Jeo laisse derrière lui Naheed, la beauté qui est devenue son épouse, et son père Rohan, veuf inconsolable qui perd peu à peu la vue. Son seul réconfort : son jardin superbe. Fondateur d’une école, Rohan en a été chassé par les islamistes qui préparent les élèves au djihad. Mikal, amoureux fou de Naheed, a préféré s’éloigner d’elle par respect pour Jeo. Mais, très vite, Mikal et Jeo sont séparés, engloutis dans la spirale des affrontements qui opposent Américains et talibans et qui profitent aux seigneurs de guerre.

Le jardin de l’aveugle est traversé par une telle intensité d’émotions et un tel souffle poétique que le lecteur en sort ébranlé. Nadeem Aslam met en scène avec une empathie exceptionnelle des personnages bousculés, malmenés par le destin. La mort est omniprésente mais la vie aussi, vibrante de couleurs, de parfums et d’amour. Ici il n’y a qu’une leçon à retenir, celle de vivre à tout prix ».

 

L’auteur

Nadeem Aslam est né au Pakistan en 1966. Il a quatorze ans lorsque sa famille, fuyant le régime du général Zia, s’installe en Angleterre. Après des études à l’université de Manchester, il se consacre à l’écriture. Le jardin de l’aveugle est son quatrième roman après « Season of the Rainbirds » (1993, en cours de traduction), « La cité des amants perdus » (Seuil, 2006), sélectionné par le Booker Prize, et « La Vaine Attente » (Seuil, 2009), salué partout comme un évènement littéraire. Son œuvre est publiée dans plus de dix pays.

 

Ce que j’en pense

Ce roman ne fait pas partie des livres que j’apprécie de lire. C’est un livre sur la violence, la guerre, la religion. Il se situe dans la période qui suit les attentats du 11 septembre et de la riposte américaine.

Néanmoins, si les propos sont durs, l’auteur réussit à créer une sorte de havre de paix au milieu de la tourmente. L’écriture est fluide, c’est un réel contraste avec le contenu du propos.

C’est un roman sur la vie, sur le tourment des hommes.

 

Extraits et citations

« Le troisième parent, c’est l’histoire » (p.11).

« La logique à l’œuvre étant qu’il n’y a pas d’innocents dans un pays coupable » (p.12).

 

Ma note : 3/5

Bonne journée…

Living de Martin Caparros, Living, Martin Caparros, Libfly, le Furet du Nord, les Editions Buchet Chastel,Littérature espagnole, Littérature argentine, Opération On vous lit tout

Un monde beau, fou et cruel, de Troy Blaklaws

Un monde beau fou et cruel de Troy Blaklaws, Un monde beau, fou et cruel, Troy Blaklaws, Libfly, le Furet du Nord, Editions Flammarion, opération « On vous lit tout, Littérature anglaise, Littérature sud-africaine

Avant-propos

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération « On vous lit tout », organisée par Libfly et le Furet du Nord.

Je remercie Libfly, le Furet du Nord et les Éditions Flammarion.

 

4ème de couverture

« Au pays arc-en-ciel de Mandela, la violence et le racisme n’en ont pas fini de distiller leur poison mortel. Professeur au Zimbabwe, Jabulani n’a d’autre choix que de fuir la répression qui s’abat sur son pays. Comment imaginer ce qui l’attend de l’autre côté de la frontière sud-africaine alors qu’il est aussitôt kidnappé par des trafiquants ? Jeune étudiant au Cap, Jero peine à trouver sa place dans un monde de dealers où la progression des bidonvilles rend les cartes obsolètes du jour au lendemain. Un monde où tour à tour le courage ou l’indifférence peuvent sceller le sort d’un réfugié et l’amour décider de frapper au moment où l’on s’y attend le moins.

Troy Blacklaws convoque toute la puissance poétique de son écriture pour croquer deux destins parallèles dans l’Afrique du Sud d’aujourd’hui où chacun lutte à sa façon pour survivre tandis que se côtoient la violence quotidienne et la beauté envoûtante des hommes et des lieux ».

 

L’auteur

Troy Blacklaws a grandi au Cap durant l’apartheid et a étudié l’anglais à l’université de Rhodes avant d’enseigner la littérature dans différents pays. Après « Karoo Boy » (Flammarion, 2006) et « Oranges sanguines » (Flammarion, 2008), « Un monde beau, fou et cruel » est son troisième roman traduit en français.

 

Ce que j’en pense

Ce n’est pas un roman vers lequel je me serais tournée spontanément. Le sujet est très éloigné de ce que je lis d’ordinaire, et j’ai craint de m’ennuyer. Si l’écriture n’est pas forcément la plus fluide que je connaisse, il y a cependant quelque chose qui nous captive et nous plonge dans cette histoire dure et cruelle, mais aussi profondément humaine. L’Histoire se mêle aux histoires d’hommes, et tisse le lien d’une société en découverte, en renaissance.

Ma note : 4/5

Bonne après-midi…

Living de Martin Caparros, Living, Martin Caparros, Libfly, le Furet du Nord, les Editions Buchet Chastel,Littérature espagnole, Littérature argentine, Opération On vous lit tout

Living, de Martin Caparros

Living de Martin Caparros, Living, Martin Caparros, Libfly, le Furet du Nord,  les Editions Buchet Chastel,Littérature espagnole, Littérature argentine, Opération On vous lit tout

 

Avant-propos

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération « On vous lit tout », organisée par Libfly et le Furet du Nord.

Je remercie Libfly, le Furet du Nord et les Editions Buchet Chastel.

 

4ème de couverture

« Juillet 1974 : Juan Domingo Remondo dit Nito voit le jour alors même que Juan Perón rend son dernier souffle. C’est le début d’un destin aussi déraisonnable que celui de l’Argentine contemporaine.

Nito est un enfant à part, doté d’une rare intelligence et d’une obsession pour la mort. Marqué par la disparition précoce de son père, il s’adonne très tôt à une véritable passion macabre. Devenu prédicateur pour un gourou évangéliste, Nito s’engage dans un projet délirant et visionnaire…

Délicieusement obscène, admirablement écrit, Living débute comme un roman d’apprentissage et évolue vers une farce à la construction subtile. Ce récit foisonnant, critique, drôle et acerbe de l’Argentine des trente dernières années, forme un grand roman politique porté par un souffle picaresque réjouissant ».

 

L’auteur

Romancier, journaliste et essayiste, Martin Caparros est né à Buenos Aires en 1959. Figure intellectuelle emblématique du monde hispanophone, il a étudié en France et publié une vingtaine de livres. « Living », son deuxième roman traduit en français après  « Valfierno » (Fayard, 2008), a reçu en 2011 le prestigieux prix Herralde.

 

Ce que j’en pense

D’une écriture fluide et limpide, Martin Caparros nous entraîne dans l’existence de Nito, un jeune garçon au fort potentiel. Mêlant Histoire de l’Argentine à l’histoire d’un jeune garçon, c’est un roman plein de cynisme et d’humour. Les personnages sont attachants, on tourne les pages avec avidité pour connaître la suite.

Certains passages sont extrêmement crus, obscènes et choquants. On assiste à une évocation sans complaisance de la réalité. C’est dur. Mais c’est un roman sans concessions sur la réalité de tout un peuple.

 

Extraits et citations

« Je suis – nous sommes tous – un défaut d’autrui » (p.28).

 

Ma note : 4/5

 

Bonne après-midi…

 

Living de Martin Caparros, Living, Martin Caparros, Libfly, le Furet du Nord,  les Editions Buchet Chastel,Littérature espagnole, Littérature argentine, Opération On vous lit tout