Culottées Tome 2, Pénélope Bagieu

Culottées Tome 2, Pénélope Bagieu

 

4ème de couverture

« Rappeuse afghane ou astronaute, reine des bandits ou volcanologue, inventrice ou journaliste d’investigation, les Culottées ne renoncent jamais ».

 

L’auteur

Pénélope Bagieu a connu un grand succès avec sa série de BD « Joséphine » (3 volumes) qui a été portée sur le grand écran avec l’actrice Marilou Berry. Elle est également l’auteur de « Cadavre exquis » et « La page blanche » en collaboration avec Boulet.

 

Ce que j’en pense

Deuxième opus de la BD les Culottées créée par Pénélope Bagieu, féministe convaincue et convaincante.

Dans ce second tome (et dernier, elle a annoncé qu’il n’y aurait pas de tome 3), Pénélope nous présente d’autres femmes prêtes à soulever des montagnes pour se réaliser, envers et contre touS (ceci n’est pas une faute de frappe 😀 ).

Des portraits de femmes de notre époque ou de temps plus anciens, qui nous démontrent qu’en fin de compte, rien n’a vraiment changé, et que le combat est plus que jamais d’actualité même si les mentalités ont évolué.

Vous pouvez retrouver les Culottées de Pénélope sur le blog qu’elle tient sur le site Le Monde

Encore une fois, précipitez-vous sur cette BD, on y apprend des choses très instructives !

 

Les Culottées tome 2, Pénélope Bagieu

Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent

Gallimard Bande Dessinée, 2017

 

 

Cette BD participe aux Challenges

Challenge BD 3ème édition

Reading Challenge Goodreads

 

Culottées Tome 1, Pénélope Bagieu

Culottées Tome 1, Pénélope Bagieu

 

4ème de couverture

« Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés.

Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin ».

 

L’auteur

Pénélope Bagieu a connu un grand succès avec sa série de BD « Joséphine » (3 volumes) qui a été portée sur le grand écran avec l’actrice Marilou Berry. Elle est également l’auteur de « Cadavre exquis » et « La page blanche » en collaboration avec Boulet.

 

Ce que j’en pense

C’est une BD dynamique et coup de fouet que nous livre là Pénélope Bagieu. Féministe («mais pas contre les hommes »), elle rend hommage aux femmes qui se sont battues pour exister.

Ces femmes ont dû redoubler d’efforts pour faire de leur vie ce qu’elles voulaient. Elles ont dû lutter dans un monde fait pour les hommes où leur place, si tant est qu’elles en avaient une, n’était certes pas de faire entendre leur voix.

Le dessin est enthousiasmant, joyeux, même s’il dépeint souvent des destins tragiques.

Combien de femmes se sont fait assassinées parce qu’elles défendaient une cause !

Une BD à mettre dans toutes les mains !

 

Les Culottées Tome 1, Pénélope Bagieu

Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent

Gallimard Bande Dessinée, 2016, 143 pages

 

Cette BD participe aux Challenges

Challenge BD 3ème édition

Reading Challenge Goodreads

La page blanche

La page blanche Boulet & Pénélope Bagieu, La page Blanche, Boulet, Pénélope Bagieu, BD, Humour, Psychologie, Enquête, Quête identitaire, Delcourt / Mirages, Delcourt

 

Ce qu’en dit l’éditeur

PARIS. UN BANC. UNE JEUNE FILLE SUR LE BANC.

Rien d’étrange, en apparence… Si ce n’est que la jeune fille a tout oublié d’elle-même. Qui est-elle ? Où vit-elle ? Qui sont ses amis ? Autant de questions aux réponses évidentes pour tous. Mais qui sont devenues pour Eloïse des voiles opaques qu’elle va tenter de soulever un à un. Son objectif : redécouvrir qui elle était. Son espoir : découvrir en elle-même une jolie personne. Une fifille qu’il fera bon connaître… Peut-on recommencer sa vie à zéro ? De quoi notre personnalité est-elle façonnée ? Voici les questions que se posent Boulet et Pénélope Bagieu. Deux regards à la fois affutés et humoristiques, profondément plantés dans le présent, au service d’une enquête drôlement existentielle dans laquelle chacun d’entre nous pourrait endosser le costume d’un personnage.

 

L’histoire

« Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ? »

 

Les auteurs

Boulet est notamment l’auteur de « Donjon Zénith ».

Pénélope Bagieu est connue pour la série BD « Joséphine », adapté au cinéma, « Ma vie est tout à fait fascinante » et « Cadavre exquis ».

 

Ce que j’en pense

Qu’est-ce qui fait notre personnalité ? Peut-on « s’effacer » comme on effacerait un document sur son ordinateur ? Peut-on repartir de zéro ? Eloïse ne sait plus qui elle est. Elle a perdu la mémoire. Complètement ? Non. Elle se souvient du fonctionnement des choses, comment prendre le métro… En fait, elle a simplement oublié qui elle était ELLE !  Cela commence comme une enquête, un thriller. Quel est son nom ? Quelqu’un l’attend-elle chez elle ? Et puis d’abord, c’est où chez elle ? Boulet et Pénélope Bagieu nous entraînent dans une quête identitaire salvatrice, sondant ce qui constitue une personnalité, et quel est le risque à « devenir tout le monde ».

Boulet et Pénélope Bagieu épinglent la société de consommation et cette tendance à « suivre la tendance » parce que, justement, « tout le monde le fait ». Lire les « bons livres », aller boire un verre le soir entre amis, même si on s’ennuie et que la conversation est d’une navrante platitude, simplement parce que « ça se fait » ou qu’on en a l’habitude…

Au travers des questions existentielles d’Eloïse, les auteurs nous amènent à notre tour à nous poser les bonnes questions.

Le dessin de Pénélope Bagieu est simple, coloré, et sert infiniment bien l’intrigue. Des digressions ponctuent l’histoire comme autant de suppositions sur la vie d’Eloïse. C’est bien construit, le fil de l’histoire se déroule logiquement jusqu’à la fin.

J’ai eu du mal à lâcher ce livre. Je l’ai lu et relu plusieurs fois. Cette quête identitaire, plus qu’une simple fiction, est celle que nous nous posons ou poserons tous, un jour. Et combien est grand le risque de se perdre en cours de route, de « disparaître », parce que nous aurons simplement voulu exister aux yeux des autres et non pas exister pour ce que nous sommes vraiment.

 

Extraits et citations

Eloïse : « Mais elle… MOI, c’est pire ! Encore plus pathétique ! J’ai disparu de mon vivant » (p.199).

 

Eloise : « Bah elle lisait les livres que conseillaient ses magazines, achetait les bons DVD… Elle accumulait !

Plus elle cherchait à se forger une identité, plus elle devenait… TOUT LE MONDE. Et puis un jour, elle est devenue PERSONNE.

C’est assez ironique, non ? Elle a disparu. Elle a tout effacé, alors qu’elle cherchait désespérément à devenir quelqu’un » (p.200).