Les étoiles brillent plus fort en hiver, Sophie Jomain

Les étoiles brillent plus fort en hiver, Sophie Jomain, Chroniques Littéraires, Romance, Noël

 

4ème de couverture

« Aux Galeries Hartmann, les Féeries sont le plus gros évènement de l’année. Alors, quand sept jours avant leur lancement, le nouveau directeur exige que la décoration de Noël soit intégralement refaite, le sang d’Agathe ne fait qu’un tour : personne ne touchera à son travail, et surtout pas cet arriviste arrogant. Mais le grand magasin est désormais sous la responsabilité d’Alexandre Hartmann, et aussi talentueuse que soit Agathe Murano, c’est avec lui qu’elle devra traiter. Lui et personne d’autre.

Ces deux-là auraient préféré ne jamais se rencontrer, mais puisqu’un père Noël et son chat magique viennent d’être embauchés pour exaucer les souhaits, puisque les guirlandes scintillent et que l’air embaume la cannelle et le pain d’épices, tout devient possible… ».

 

L’autrice

Figure incontournable de la scène littéraire francophone, Sophie Jomain a écrit plus de vingt romans allant de la littérature fantastique à la comédie en passant par le roman contemporain. Avec Les étoiles brillent plus fort en hiver, elle nous offre sa toute première comédie de Noël.

 

Ce que j’en pense

Quand j’ai entendu parler de ce livre, j’ai été intriguée. Le résumé de la 4ème de couverture ne me tentait pas tant que ça mais je me suis dit « lance toi, on sait jamais ».

Qu’est-ce que j’ai bien fait de dépasser cette réticence du résumé !

Hilarant, touchant, émouvant… les qualificatifs ne manquent pas pour décrire ce roman qui est davantage qu’une comédie de Noël.

Les sujets traités sont quand même assez costauds pour certains. Mais ils sont traités subtilement, ils font partie de l’histoire des personnages. Lesquels sont construits. Ils ont un passé, un ressenti, des émotions, et leurs réactions sont dictées par tout ce qu’ils ont subi au cours de leur vie.

Une jolie plume, des scènes à vous faire rigoler tout seul dans votre coin (je me suis payée quelques fous rires irrépressibles), ce livre est une belle surprise.

Et me donne envie de découvrir d’autres titres de l’autrice.

Je vous le recommande, et ce même si la période des fêtes est passée.

 

Coup de coeur !

 

Le sourire des femmes, Nicolas Barreau

Le sourire des femmes, Nicolas Barreau, Le livre de poche, Littérature française, Romance

 

4ème de couverture

« Le hasard n’existe pas ! Aurélie, jeune propriétaire d’un restaurant parisien, en est convaincue depuis qu’un roman lui a redonné goût à la vie après un chagrin d’amour. A sa grande surprise, l’héroïne du livre lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Intriguée, elle décide d’entrer en contact avec l’auteur, un énigmatique collectionneur de voitures anciennes qui vit reclus dans son cottage. Qu’à cela ne tienne, elle est déterminée à faire sa connaissance. Mais l’éditeur du romancier ne va pas lui faciliter la tâche…

Au sein d’un Paris pittoresque et gourmet, Le Sourire des femmes nous offre une comédie romantique moderne, non sans un zeste de magie et d’enchantement ».

 

L’histoire

Pour Aurélie, ce n’est pas une période faste. Son père décède en lui léguant son restaurant, et son « fiancé » la quitte du jour au lendemain, d’une manière fort inélégante, pour une autre. Un jour, alors qu’elle entre dans une librairie par hasard, elle tombe sur un livre qui va changer sa vie. Sa particularité ? Elle en est l’héroïne.

 

L’auteur

Nicolas Barreau est un auteur franco-allemand qui travaille dans le monde de l’édition. Il est l’auteur notamment, du Sourire des femmes et de Tu me trouveras au bout du monde.

 

Ce que j’en pense

Ce roman léger et rafraîchissant comme une bulle de champagne a l’atmosphère romantique et désuète de l’idée que se font de Paris les américains. Vous voyez Minuit à Paris, de Woody Allen ? Les films romantiques américains dont l’action se passe à Paris avec les accordéons, Montmartre et tous les clichés ? C’est cette atmosphère-là que j’ai sentie en parcourant ce livre.

On y retrouve l’héroïne à un moment délicat de sa vie, entre un deuil et une rupture mal vécue. Son refuge va être un petit restaurant familial, et son cuisinier qui la connaît depuis qu’elle est toute petite. Mais surtout, sa renaissance va avoir lieu grâce à un roman trouvé au hasard d’une promenade impromptue. Ce livre présente une particularité étonnante : elle en est l’héroïne. Toute sa vie, jusqu’à son petit restaurant, est relatée dans l’ouvrage écrit par un mystérieux auteur.

Aurélie va n’avoir de cesse que de rencontrer cet inconnu qui semble tout savoir d’elle. Elle va user de toute sa ténacité, afin de le retrouver et de découvrir la vérité.

Parviendra-t-elle à le retrouver ? La vérité est-elle là où elle la croit ? C’est toute la question de ce roman écrit de façon fluide et agréable.

J’ai apprécié l’ensemble, mais je dois vous avouer que le personnage d’Aurélie m’a horripilée. Elle n’est guère sympathique, du moins pour moi. Je la trouve un tantinet impolie, pénible même.

Quant à ce fameux auteur, sans trop vous en dévoiler, il est d’une mollesse sans nom.

Ce que je retiendrai toutefois, c’est le message que même lorsqu’on est au fond, parfois, de belles choses peuvent encore arriver, pour peu qu’on s’accroche et qu’on y croit.

 

Ce livre participe aux challenges

Reading Challenge 2015

Plan ORSEC 2016

 

Tendre veillée, Scarlett Bailey

Tendre veillée, Scarlett Bailey, Milady

 

4ème de couverture

« Quel homme déballera-t-elle au pied du sapin ?

Lydia a toujours souhaité vivre un Noël parfait. Aussi n’hésite-t-elle pas une seule seconde quand ses meilleures amies l’invitent à réveillonner en leur compagnie. Au programme, feux de cheminée et marrons chauds – le tout dans un décor digne d’une carte de vœux. Mais quand elle se retrouve bloquée par la neige en compagnie de son petit ami, de son ex et d’un irrésistible inconnu, son Noël idéal est sérieusement mis à mal. Pourtant, trois rois mages, c’est la tradition à cette époque de l’année… ».

 

L’histoire

Lydia va passer Noël avec ses meilleures amies, leurs maris et enfants, et son compagnon, lequel emporte avec lui comme cadeau une bague de fiançailles. Mais les choses ne vont pas se passer comme prévues…

 

L’auteur

Scarlett Bailey aime écrire des histoires depuis l’enfance. Avant de rédiger son premier roman, elle a travaillé comme serveuse, ouvreuse de cinéma et libraire. Passionnée de vieux films, Scarlett n’aime rien tant que passer un dimanche après-midi pluvieux à regarder des classiques en ingurgitant d’importantes quantités de chocolat. Elle vit actuellement dans le Hertfordshire avec son chien et une impressionnante collection de chaussures.

 

Ce que j’en pense

J’ai un sentiment assez mitigé vis-à-vis de ce roman. J’apprécie le côté bonne humeur, Noël, neige… cette atmosphère que l’on retrouve généralement dans les romans sentimentaux.

Le premier mot qui me vient à l’esprit pour le qualifier est : vaudeville. On se croirait dans une pièce de Feydeau (toutes proportions gardées, ce livre est loin d’être un chef d’œuvre !) pour les quiproquos et les valses entre amants.

En fait, ce qui m’a dérangée au fil du livre, c’est la répétition des situations. Les personnages passent l’intégralité de l’histoire à moitié bourrés (passez-moi l’expression), le pantalon ou la jupe frétillants.

J’ai fini par m’ennuyer et par chercher vainement l’esprit de Noël entre les enfants qui annoncent que leurs parents ont leur porte verrouillée et poussent des cris de bêtes (!!!) et les dialogues pseudos-confidences-sexuelles-entre-copines qui n’ont pas l’étoffe de ceux de la série Sex & The City.

On peut toutefois trouver intéressant le développement sur le vrai amour, ce qu’on ressent (et qui manque cruellement au couple Lydia – Stephen).

 

Pour résumer, ça se lit, mais le texte est mal abouti, du fait de beaucoup de redondances et de maladresses.

 

 

Ce livre participe aux challenges

3890

Plan ORSEC 2016

Challenge Cold Winter

A year in England