Le dernier repos de Sarah, Robert Dugoni

Le dernier repos de Sarah

4ème de couverture

« Vingt ans après la disparition de sa sœur, Tracy Crosswhite ne croit toujours pas à la version officielle des faits, ni à la culpabilité d’Edmund House, l’homme condamné pour l’assassinat de Sarah. Afin d’assouvir sa soif de justice, Tracy s’est engagée dans la police de Seattle en tant qu’enquêtrice, dédiant sa vie à la recherche de criminels.

Lorsque les ossements de Sarah sont enfin découverts dans la ville de leur enfance, Tracy veut obtenir des réponses. Sa quête de la vérité l’obligera à déterrer des secrets enfouis depuis longtemps, qui changeront sa relation à son passé et l’entraîneront vers un danger inévitable et mortel ».

 

L’auteur

Robert Dugoni est l’auteur au succès critique de la série des David Sloane, sur la liste des best-sellers du New York Times : The Jury Master, Wrongful death, Bodily Harm, Murder One et The Conviction. Murder One a été finaliste du Harper Lee Award dans la catégorie « excellence littéraire ». Dugoni est également l’auteur du roman à succès Damage Control, et son document The Cyanide canary a fait partie de la sélection du Washington Post pour le meilleur ouvrage de l’année. Les œuvres de Dugoni ont été comparées aux ouvrages de Scott Turow et Nelson de Mille, et The Providence Journal l’a qualifié de « roi incontesté du thriller juridique ».

 

Ce que j’en pense

Une bonne surprise que ce roman.

Le style est rythmé, précis. La plume de l’auteur est fluide.

L’alternance du récit « de nos jours » et des flashbacks est très judicieux. Cela nous permet de mieux cerner et comprendre les personnages.

Le suspense est maintenu tout au long du roman, jusqu’au dénouement.

Un roman que je vous recommande.

 

Je remercie Babelio et Amazon Crossing pour l’envoi de ce roman

L’éléphant : la Revue 12

l'éléphant, Scrinéo

 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’une revue. J’ai toujours acheté beaucoup de magazines. Et mes goûts, au fil du temps, ont évolué. J’avoue m’être lassée des magazines féminins, internet rendant leurs contenus dépassés avant même de les avoir achetés. J’ai trouvé d’autres magazines (dont je vous parlerai), mais il me manquait un magazine « intellectuel », qui enrichisse ma culture générale. J’ai entendu parler pour la première fois de la revue l’éléphant dans une vidéo sur Youtube, et j’étais assez tentée, quoique rebutée par son prix : 15€, même pour un trimestriel, sur le coup ça fait mal au porte-monnaie. Aussi, lorsque j’ai eu l’occasion de le « tester » grâce à Masse Critique de Babelio, j’ai sauté sur l’occasion.

 

La revue présentée en bref par l’Editeur (Scrinéo)

Une Revue trimestrielle tirée à 45 000 ex.

Un concept 100% inédit : La revue l’éléphant est la seule revue :

  • Qui aborde tous les domaines : histoire, sciences, arts, politique et société, littérature, philosophie.
  • Conçue autour de la mémorisation de connaissances, avec le Laboratoire d’études des mécanismes cognitifs (EMC), Lyon II.

L’éléphant c’est aussi :

  • Une newsletter de jeux de culture générale hebdomadaire envoyée à 12 000 inscrits.
  • Un site internet lelephant-larevue.fr, véritable plateforme de jeux de culture générale avec 10 000 inscrits.
  • Une application: la revue est disponible sur les kiosques numériques, Apple store, Google play.
  • Une page Facebook dynamique avec un programme de posts culturels : citation du lundi, le jeu du jeudi, le tableau du dimanche…

 

Qu’est-ce exactement que la revue l’éléphant et ce que j’en pense

C’est une revue trimestrielle de culture générale. Mais pas que. Il permet en outre de mémoriser les informations traitées dans le numéro par la présentation sous forme de dossiers avec les connaissances fondamentales, l’approfondissement et les jeux. Des thématiques se poursuivent d’un numéro sur l’autre, on trouve aussi des rappels de dossiers.

De nombreuses thématiques étant proposées, chacun peut y trouver son compte : Histoire, Société, Arts, Environnement, Philosophie, Sciences.

 

Ce numéro 12 comportait notamment les articles suivants :

– Pierre Rosenberg, Historien d’art, ancien directeur du Louvre

– Climat, L’état des lieux scientifique et politique

– Marignan, Ce que cache le fameux « 1515 »

– Théâtre, Farces et mystères au Moyen-Âge

– Géologie, La dérive des continents

– XIXème siècle, Les 10 œuvres d’une époque

– Antiterrorisme, La méthode française

– Croyance, L’importance de la lucidité

– Lumière, La révolution de la physique

 

Comme vous le constatez, les sujets sont variés, c’est bel et bien une revue de culture générale. On peut découvrir des choses dans des domaines qui ne nous sont pas familiers, et enrichir notre connaissance.

Les sujets sont assez bien traités, ils nous apprennent l’essentiel et des concepts intéressants. Cela donne envie d’approfondir certains sujets, parce que, même si cela aborde un peu de tout, vous ne deviendrez pas un expert pour autant. MAIS, vous aurez la curiosité qui vous titillera d’aller chercher des informations plus complètes. Et ça, c’est important, parce qu’au final, cette revue met la culture générale à la portée de tous.

Tout le monde n’a pas les moyens (temps, finances…) de faire des recherches dans tous les domaines, et c’est appréciable de pouvoir avoir accès à des concepts qui nous paraissaient inaccessible. Cette revue « vulgarise » dans le bon sens du terme la culture générale. Ne vous méprenez pas ! Quand je dis « vulgarise », je ne veux pas dire qu’elle la rende simple, elle la rend accessible, ce n’est pas pareil. Tout apprentissage nécessite un effort de compréhension. Toutes les notions ne sont pas simples ni évidentes, elles posent les bases.

 

J’ai bien aimé notamment :

Le nom de la revue en elle-même, l’éléphant, pour son explication dans le titre du concept principal de la revue : la mémorisation de l’information, de la connaissance, l’acquis.

L’explication de l’expression « Il y a péril en la demeure », ou encore cette citation de Jules Renard « Le métier d’un écrivain, c’est d’apprendre à écrire ». Sans oublier la bibliographie sommaire de philosophe pour mieux comprendre de qui parlait l’article sur La Croyance.

 

Le sommaire du numéro suivant est annoncé. Je pense que je vais me laisser tenter. Il sortira le 7 janvier 2016 :

  • Un entretien avec Christophe Galfard, physicien et écrivain
  • Les œuvres littéraires qui ont marqué le XIXème siècle
  • Les fondamentaux de l’œuvre de Kant
  • Les éléments clés pour comprendre l’architecture
  • Un rendez-vous avec Molière, l’incontournable
  • Une visite à Saint-Tropez par les peintres qui l’ont découvert
  • Une explication du système solaire
  • Les dix dates qui ont façonné le Japon
  • Une découverte des nouvelles conceptions de la mémoire
  • Une rencontre avec Guillaume le Conquérant, l’année de son couronnement en 1066.

 

Coup de coeur !

 

Merci à Babelio et aux Editions Scrineo pour l’envoi de cet exemplaire.