RAT a Week, le marathon de l’épouvante Edition 2016

rat-a-week-le-marathon-de-lepouvante-edition-2016

 

Tremblez dans vos chaumières, le Marathon de l’horreur RAT a Week, qui fait frémir les PAL est de retour pour un mois entier de terreur !

Âmes sensibles s’abstenir…

Conjointement avec le Challenge Halloween, et pour la deuxième année consécutive, vous êtes conviés au marathon lecture le plus terrifiant de l’année.

 

Le principe : survivre…

En effet, les livres (BD, mangas, albums…) qui constituent votre PAL sont pris d’un drôle de comportement. Ils ont été envoûtés par la sorcière des grimoires maléfiques. Votre mission : dévorer le maximum de livres avant qu’ils ne vous dévorent.

Méfiez-vous… la nuit, près de votre lit, sur votre table de nuit, votre roman vous guette. Il attend que vous dormiez d’un profond sommeil pour vous embarquer dans des aventures terrifiantes.

rat-a-week-le-marathon-de-lepouvante-edition-2016-3-copie

 

Le marathon lecture se calque approximativement sur la durée sur le Challenge Halloween 2016, soit du 1er octobre (0h00, dans la nuit du vendredi au samedi) au 5 novembre 2016 pour ceux qui font le pont et ne travaillent pas le mercredi (dans la nuit du 5 au 6 pour les insomniaques aux prises avec un roman qu’ils ne peuvent pas lâcher).

Le marathon se découpe en semaines. Vous pouvez, grâce au filtre magique vendu à la boutique des Potions magiques, choisir de quel jour à quel jour débute votre semaine. Les démons ont désorganisé les semaines. Vous pouvez faire une seule semaine ou bien toutes ou encore choisir celles qui vous arrangent même si elles ne sont pas consécutives.

 

Les catégories

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/ Catégorie Cape d’invisibilité : tel Harry Potter, vous vous faufilez dans le château hanté muni de la PAL de votre choix hors livres d’horreurs (vous pouvez lire tout ce que vous voulez sauf de l’horreur).

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Catégorie Enfer de la peur : vous lisez exclusivement des livres d’horreur. A vos risques et périls…

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Catégorie Mysterium : vous pouvez lire différents genres du moment qu’il y a au moins un livre d’horreur ou un thriller. Menez l’enquête : fantômes ? Meurtrier ? Histoire vraie ? Le prince charmant était-il parfait ? Vous avez le choix.

 

 

En entrant dans le château, vous vous engagez à signer un contrat particulier : lire au moins 500 pages dans la semaine.

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/

Mais vous pouvez vous assurer une protection supplémentaire avec des défis au choix :

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Les couvertures des livres ont toutes la même couleur

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Seules les couleurs d’Halloween figurent sur la couverture (orange, noir, vert, rouge, blanc, marron)

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Les couvertures comportent des monstres (fantômes, zombies…)

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Vous ne lisez que des romans ou que des BD ou que des Mangas

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Vous ne lisez qu’après minuit

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Vous ne lisez que des livres de votre PAL de la honte (celle qui a des toiles d’araignées tellement ça fait longtemps que vous avez ces livres)

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Vous vous fixez un nombre de livres à lire par semaine

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/Vous lisez 666 pages par semaine.

 

 

Ces défis sont cumulables ou pas (vous pouvez en créer d’autres).

 

Pour nous rejoindre, prenez votre billet de train pour Hogwarts, vous serez conduits ensuite dans une barque sur un lac mystérieux, avant d’arriver au château.

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/

 

Nous partagerons en cours de marathon un goûter et des photos de nos lectures avec mise en scène Halloween (si vous pouvez, vous n’aurez pas de pénalité si vous ne pouvez pas).

 

Préparez votre PAL, vos grimoires, vos filtres magiques et autres talismans de protection et embarquez pour le RAT a Week de l’épouvante !

 

Groupe facebook pour partager nos lectures et photos.

Twitter : #RATaWeek #RATaWeekHalloween #marathondelepouvante #HALLOWRAT

 

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/

 

 

Quelques logos à votre disposition

rat-a-week-le-marathon-de-lepouvante-edition-2016-3-copie

rat-a-week-le-marathon-de-lepouvante-edition-2016-3-copie

https://chroniqueslitteraires.wordpress.com/2016/09/20/challenge-halloween-2016/

rat-a-week-le-marathon-de-lepouvante-edition-2016-3-copie

 

 

Challenge Halloween 2016

Challenge Halloween 2016

 

Amis blogueurs, fidèles initiés ou nouveaux venus, welcome!

 

Pour cette septième édition, le Challenge Halloween vous emmène en voyage au Royaume-Uni et en Irlande pour un Halloween ‘British’. Préparez-vos grimoires, vos théières, vos chaudrons, et votre fiole de Whisky (accessoirement, prévoyez aussi un parapluie) !

 

Hilde & Lou nous invitent à partager nos billets du samedi 1er octobre au mardi 1er novembre: vous participez quand vous voulez, à votre rythme, avec un ou plusieurs billets.

 

 

Les publications infernales

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le challenge, voici tous les types de billets qui entrent dans ce cadre:

-> Chroniques de vos lectures (classiques gothiques; romans d’épouvante; essais sur Halloween ou toute créature de type vampire, fantôme, sorcière, diable; albums jeunesse, BD sur ces thématiques)

-> Films & Séries d’épouvante ou sur la thématique sans nécessairement faire peur

-> Essais culinaires (yeux mimosa, soupe à la citrouille, biscuits fantomatiques, bonbons horrifiques, tant que ça reste comestible…)

-> Bricolage, scrapbooking d’Halloween, écrits personnels ; vos décorations, vos déguisements ; et enfin, pourquoi ne pas nous livrer un texte court de circonstance (imaginaire ou qui sait, peut-être pas…)

-> Exposition, photos: une exposition de citrouilles, des photos de votre escapade dans un cimetière, des décos repérées lors de vos déambulations nocturnes…

 

  • Une fois votre billet publié, il suffit de partager votre lien, sur le récapitulatif quotidien du groupe Facebook ou sur le billet dédié sur les blogs d’Hilde & Lou.

 

 

 Les évènements diaboliques

 
Chaque année, nous organisons un certain nombre d’évènements (facultatifs) pendant le challenge: lectures communes, billets thématiques, dont plusieurs rendez-vous consacrés cette année au Royaume-Uni et à l’Irlande (notez que vous pouvez choisir de faire des billets 100% British cette année, si jamais vous le souhaitez… à l’inverse, les rendez-vous British ne sont pas obligatoires).

Vous nous rejoignez sur ces évènements, quand vous le souhaitez, aucune inscription n’est nécessaire.

-> Lundi 3 octobre : La journée du chat noir, car contrairement aux superstitions, le chat noir porte bonheur à la maison.
Quelques suggestions : photos de votre familier, anecdotes sur le chat noir, Le Chat noir d’Edgar Allan Poe, albums Splat the cat : What was that?, Petit chat noir a peur du noir, Regarde dans la nuit

-> Mercredi 5 octobre : Mercredi BD fantastique

-> Vendredi 7 octobre : Rendez-vous classique (d’inspiration) Gothique britannique ou irlandais,
Quelques suggestions : Dracula, Docteur Jekyll & Mr Hyde, Frankenstein, Carmilla de Sheridan Le Fanu, Les Fantômes des Victorien(ne)s, Ghost Stories / Conte de Noël de Charles Dickens, Contes fantastiques de Noël (anthologie) contenant un conte de Charles Dickens, un de Sheridan Le Fanu, un de Robert Louis Stevenson, Le signaleur de Charles Dickens, Vathek, Les Mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe, Le Moine de Lewis, Le Portrait de Dorian Gray, L’île du Docteur Moreau, Le Château d’Otrante de Walpole, Le Vampire de Polidori, Le Locataire de Henry James (naturalisé anglais), Dark Entries de Robert Aickman, Le Grand Dieu Pan d’Arthur Machen, La bonne lady Ducayne de Mary Elizabeth Braddon

-> Mercredi 12 octobre : Rendez-vous Albums

-> Vendredi 14 octobre : Les Fantômes British sont parmi nous,
Quelques suggestions (voire également au 7 octobre): The Woman in Black de Susan Hill (ou son adaptation au cinéma), Histoires de fantômes de Roald Dahl, La Fiancée du Fantôme de Malika Ferdjoukh, Century de Sarah Singleton, The Mysterious Affair at Castaway House de Stephanie Lam, Isabel’s skin de Peter Benson, The Girl in the Photograph de Kate Riordan, Le Secret de Crickley Hall de James Herbert, Hanté de James Herbert, Apparition de Graham Masterton, The Mistletoe bride de Kate Moss, The Ghost’s touch de Wilkie Collins, The Haunting of Maddie Clare de Simone St James, La Chambre des âmes de F.R. Tallis, End (BD), Angelica d’Arthur Phillips, Le Fantôme de Baker Street de Fabrice Bourland, Shadows of the Silver Screen de Christopher Edge, Lockwood&co de Jonathan Stroud…

-> Dimanche 16 octobre : Let’s enjoy the Halloween Tea Time!
Suggestion: A cup of tea accompagnée de petits gâteaux démoniaques, dans un décor Halloween…

-> Lundi 17 octobre : Promenade au cimetière et ambiance funèbre
Quelques suggestions : L’étrange vie de Nobody Owens de Neil Gaiman, Waterloo Necropolis de Mary Hooper, reportage sur les cimetière londoniens, London’s Cemeteries by Darren Beach, Le Résurrectionniste de James Bradley, Le Serpent de Feu de Fabrice Bourland, Les Contes du Cimetière (Contes) de Martin Waddell & Tony Ross…

-> Mercredi 19 octobre : Mercredi BD Fantastique

-> Vendredi 21 octobre : Haunted and scary London: Nous passons la journée à Londres,
Quelques suggestions : Le Loup-garou de Londres, Les Sœurs Wilcox tome 1 et tome 2 de Fabrice Colin, Le Protectorat de L’Ombrelle de Gail Carriger, Anno Dracula de Kim Newman, La Maison de Londres de Lydie Blaizot, Velvet de Mary Hooper, Qui veut tuer Alaizabel Cray ? de Chris Wooding, Penny Dreadful (série), D (BD sur le thème du vampire), Haunted London (documentaire DVD)…

-> Mercredi 26 octobre : Rendez-vous albums

-> Vendredi 28 octobre : Rendez-vous sorcellerie, gentilles ou méchantes, les sorcières sont les bienvenues, les sorciers également.
Quelques suggestions : Sacrées sorcières de Roald Dahl, Suzy la sorcière (album), Room on the broom (Album), La cinquième sorcière de Graham Masterton, The Worst Witch de Jill Murphy, Harry Potter, (film) Witches, Macbeth de Shakespeare

-> Samedi 29 octobre : Bricolage et Scrap’ d’Halloween, toutes les créations démoniaques sont acceptées! Quelques suggestions : sculpture de courge, mise en scène de vos photos, cartes d’Halloween…

-> Lundi 31 octobre : It’s Halloween! Partagez avec nous votre journée ou soirée d’Halloween, ou un roman / BD / film (…) sur le thème d’Halloween.
Quelques suggestions : Photos de votre repas diabolique, décoration de votre appartement ou maison intérieure ou extérieure, déguisements, soirée films…

 

-> Rendez-vous en cuisine chaque dimanche, si vous le souhaitez avec les Gourmandises de Syl pour partager une recette.

 

 

Les autres propositions de lectures et billets communs

(en construction… n’hésitez pas à proposer d’autres rdv)

 

Livres

-> Bram Stoker, Dracula

Valérie Mendes, Mary Reilly : Lou At Myloubook’s, Martine Clavier, Pierre Druart, Denise Berna-Dutour Catherine Laniel,

 

BD / Albums / Mangas

Carmilla : Marjorie – Chroniques littéraires

 

Cinéma / séries / téléfilms

“Frankenstein” de James Whale (1931) : Anne d’Arras (SKTV)

Docteur Frankenstein (avec L’acteur qui fait Harry Potter) : Marjorie – Chroniques littéraires
 
 

HORS THÉMATIQUE DU CHALLENGE 2016


 
Livres

 
Grady Hendrix, Horrorstör : Anne d’Arras (SKTV), Marjorie – Chroniques littéraires

Stephen King, Simetière : Marjorie – Chroniques littéraires
 
N’hésitez pas à partager sur vos blogs et les deux nôtres vos envies de lectures, de films et de projets pour cette nouvelle édition du challenge Halloween et à venir en discuter sur le groupe Facebook déjà en activité.

 

Inscriptions des voyageurs :

Vous pouvez vous inscrire chez Lou et suite à ce billet mais aussi sur le groupe Facebook du Challenge Halloween, en laissant un petit commentaire. 

 

Nous avons hâte de vous retrouver !

 

Rendez-vous le 1er octobre pour débuter Halloween au Royaume-Uni et en Irlande !

 

A très bientôt !

 

Challenge Halloween 2016

Certaines n’avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka

Certaines n’avaient jamais vu la mer, Julie Otsuka

 

4ème de couverture

« Ces Japonaises ont tout abandonné au début du XXème siècle pour épouser aux Etats-Unis, sur la foi d’un portrait, un inconnu. Celui dont elles ont tant rêvé, qui va tant les décevoir. Chœur vibrant, leurs voix s’élèvent pour raconter l’exil : la nuit de noces, les journées aux champs, la langue revêche, l’humiliation, les joies aussi. Puis le silence de la guerre. Et l’oubli ».

 

L’auteur

Julie Otsuka est née en 1962 en Californie. Diplômée en art à l’université de Yale, elle abandonne finalement la peinture pour se consacrer entièrement à l’écriture. Son premier roman, Quand l’empereur était un dieu, est largement inspiré de la vie de ses grands-parents et a été primé de très nombreuses fois. Son deuxième roman, Certaines n’avaient jamais vu la mer, a été considéré aux Etats-Unis comme un véritable chef-d’œuvre. Il fut par ailleurs récompensé, entre autres, par le prix Femina étranger dès sa parution en France.

 

Ce que j’en pense

J’ai lu ce roman en lecture commune avec Denis. La première chose qui nous interpellé, c’est le titre. Ou plutôt « les » titres. En effet, le titre de ce roman en anglais est The Buddha in the Attic. Rien à avoir avec Certaines n’avaient jamais vu la mer. Pourquoi une telle dissemblance ? Erreur de traduction ? Pas du tout. En fait, on comprend mieux la raison de ce choix en lisant le livre. La référence à Bouddha est aisée, c’est la religion de ces femmes, leur référence à Bouddha est récurrente. C’est leur point de ralliement, la boussole dans leurs vies désolées. Cette référence à la religion cadre mieux avec la mentalité américaine, qui fait référence à Dieu (y compris les hommes politiques). Les américains sont plus réceptifs au sacré. En revanche, le titre français, lui, fait plus référence aux femmes dans le sens où elles étaient pour la plupart très novices, très innocentes, de vraies victimes potentielles en quelque sorte. Si on comprend mieux le rattachement à cette notion par rapport à notre société portée sur la liberté, la connaissance et l’émancipation de la femme, on ne peut que bondir : c’est terriblement réducteur que de penser que les femmes sont des proies faciles pour des hommes sans scrupules. Et pourtant… c’est tout à fait ça. Et dans notre société, et dans ce court roman.

La lecture de ce livre est à la fois simple et complexe. C’est la mise en lumière d’une partie sombre de l’histoire américaine, lorsque les japonais servaient de main-d’œuvre à bas-prix (gratuite en fait). On se servait d’eux, d’elles. Ce livre est le récit de cette réification de la femme (femme réduite à un objet).

En effet, dès le début, nous comprenons que des centaines (des milliers ?) de femmes partiront pour les Etats-Unis afin de se marier. Elles sont convaincues que le sacrifice de leur départ, parfois même en laissant un enfant derrière elle, vaut le coup parce qu’elles vont épouser de riches hommes d’affaires, des hommes « biens ». Or, il n’en est rien. Elles ont été vendues à des agriculteurs, à des hommes violents, à des hommes biens mais pauvres… On leur a menti. Leur vie sera pour la plupart un calvaire. Pour d’autres cela se passera mieux.

Pourquoi ce livre est complexe puisque c’est la simple histoire immémoriale de l’humanité, le plus fort contre le plus faible ? Parce que l’auteur a pris le parti d’unir les voix de ces femmes en une seule et unique : « Nous ». Tout au long du roman, l’auteur s’exprime à la première personne du pluriel pour désigner ces victimes. Elles sont anonymes même si des prénoms surgiront, ça et là. A la manière des tragédies grecques, du chœur dans les drames de Sophocle, Julie Otsuka nous livre un texte incantatoire (mot très justement mentionné sur la 4ème de couverture). Ce chant vibrant comme ceux des esclaves à une époque pas si éloignée, cette rengaine entêtante qui envahit et… qui finit par lasser.

C’est bien sympa un moment, mais l’absence de personnage à qui se raccrocher finit par devenir soporifique. Un chapitre toutefois donne une claque. Et pas petite la claque. Rien que pour ce chapitre, ce livre devrait être lu. Encore plus en ce moment avec la situation politique mondiale et nationale.

Ce chapitre est celui intitulé « Traîtres ». C’est l’aspect politique du livre. Et ce qui m’a choquée, interpellée (vous comprenez l’idée générale), c’est cette répétition extraordinairement horrible de l’histoire :

 

« Et nous nous sommes demandé pourquoi nous avions si longtemps tenu à conserver ce mode de vie étranger. Nous leur avons inspiré la haine » (page 96).

 

« Dans les journaux et à la radio, on commençait à parler de déportation de masse » (page 102).

 

Ca vous rappelle pas quelque chose par hasard ?

L’auteur a-t-elle volontairement écrit ces mots pour la seule période américano-japonaise ou pour l’histoire mondiale ? Je ne sais pas. Elle seule peut le dire. Néanmoins, cela fait froid dans le dos.

Ce livre n’est pas parfait. Il peut être agaçant, laisser sur sa faim. Mais il aura au moins le mérite de mettre l’accent sur ce dont l’Homme est capable dans toute son horreur.

 

 

Ce livre a été lu en lecture commune avec Denis, mon comparse de LC. J’en profite pour le remercier, c’est un réel plaisir que d’échanger avec lui sur nos lectures.

Pour lire son avis, c’est par ici ! 😀

 

Ce livre participe aux Challenges

Le mois américain is back !

w-de-lettres

3890

Plan ORSEC 2016